Open Space, ascenseurs, couloirs, le masque est-il obligatoire en entreprises en Europe ?

En Europe, le masque est l’arme privilégié contre l’épidémie qui repart. Mais nulle part on ne trouve d'obligation nationale chez nos voisins. Imposer le masque en salle de réunion, dans les couloirs, le porter y compris dans les Open Space. A ce stade nous sommes les seuls et nos voisins européens nous regardent avec curiosité.  En Belgique, la porte-parole inter fédérale de la lutte contre le coronavirus, Frédérique Jacobs s’interroge sur le sujet : c'est vrai qu'en France un quart de la contamination est lié au lieu de travail, reconnait-elle. Et sans doute la situation est la même en Belgique, mais les chiffres de Santé Publique France relève aussi que dans l'industrie 70% des clusters se situaient dans des  abattoirs. Dans l'administration publique, 40% des clusters sont survenus dans la police et la sécurité. Aussi la Belgique estime-t-elle qu'il n’y a pas besoin de changer de règles en entreprises : seule la distance physique (un mètre cinquante) est obligatoire partout dans le Royaume y compris dans les bureaux.  S’il n’est pas possible de respecter cette distance, le masque est alors obligatoire que l’on soit sur son lieu de travail ou dans les transports.  

L'exception suédoise 

Un seul Etat résiste encore et toujours au masque... Et c'est La Suède. Stockholm  navigue seul à contre courant de l'Europe : ses voisins scandinaves, les pays baltes (la Lettonie et l’Estonie), la Finlande et la Norvège viennent de changer de cap cet été pour affronter la nouvelle vague de contamination. Mais en Suède, le masque est toujours l’exception, pas la règle : seules les personnes très âgées, les personnels des EPHAD ou des hôpitaux le portent. Il n’est obligatoire ni dans les transports publics, ni les commerces. L’agence de santé suédoise ne mentionne même pas le masque parmi les mesures de protection de la population.  

Succès mitigé

Au printemps la mortalité en Suède avait dépassé celle de la France. Mais depuis juin le niveau de contamination baisse, les suédois peuvent même se rendre chez leurs voisins danois qui leur fermaient la porte. Du coup, les autorités suédoises ne voient pas vraiment l'intérêt de changer de méthode. La Suède qui n’a pas connu le confinement, ni le déconfinement, ne craint pas non plus cette 2ème vague de contamination.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.