En ces jours de rentrée, petit tour d’horizon des rythmes scolaires. On les dit chargés pour les écoliers français. Mais comment ça se passe chez nos voisins européens ? Qui rentre quand ?

__

Il n’y a aucune règle : de la petite école au lycée certains reprennent le chemin de l’école très tôt : dès le mois d’août. C’est le cas des Allemands. A Berlin la rentrée a sonné dès le 5 août. Six semaines de vacances l’été, c’est jugé suffisant. Certains pays scandinaves reprennent eux aussi au mois d’août, comme la Finlande. Dans ces deux pays, les élèves ne travaillent que le matin. Et la rentrée précoce permet de rattraper le temps perdu. A l’inverse, dans le sud de l’Europe, l’Italie ou la Grèce, les vacances d’été sont plus longues : deux mois et demi. La rentrée, ce sera pour la mi-septembre. A Malte c’est le 26 septembre !

- La rentrée précoce signifie-t-elle meilleurs résultats scolaires ?

La date de rentrée n’est pas une garantie de réussite scolaire. Les spécialistes regardent aussi le nombre de jours d’école dans l’année. Dans les pays de l’OCDE, les élèves ont cours 184 jours en moyenne par an, mais en France c’est seulement 144 jours. 40 jours de moins. Le ministre de l’Education, Luc Chatel, réfléchit à rallonger l’année scolaire. Il veut abandonner la semaine de 4 jours, car la France est l’exception en Europe. Tous les petits Européens vont à l’école 5, voire 6 jours par semaine. Les rythmes scolaires, en France, sont jugés trop lourds, trop fatigants. Entre 7 et 14 ans en Suède et en Finlande, on compte 5500 heures de cours, en France on en est à 7500 heures.

La fatigue est un phénomène très français, relèvent les experts de l’OCDE. Quand on les interroge à 15 ans, les ados français sont parmi les plus anxieux et les plus fatigués au monde.

- Est-ce que nos voisins se posent autant de questions que nous sur ces rythmes scolaires ?

Certains oui, comme l’Allemagne. Le débat est très vif. Dans la plupart des régions, les écoliers ne vont à l’école le matin. L’après-midi est consacrée au sport et aux activités périscolaires. Mais c’est en train de changer. Un tiers des écoles primaires allemandes et un quart des collèges proposent des journées complètes. En Finlande, pas vraiment de débats : les élèves finlandais ont le moins d’heures de cours, ce qui ne les empêche pas d’être considérés comme les plus performants d’Europe : premiers dans l’apprentissage de la lecture, premiers en mathématique et premiers en sciences.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.