Ce matin, la transition énergétique. Le projet de loi est arrivé à l'Assemblée mercredi a un an du prochain sommet de l'ONU sur le climat à Paris.La France à l'avant garde de la transition énergétique en Europe, comme le dit Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie. C'est un vrai ou un faux ? C'est à la fois vrai et faux.Si on regarde les ambitions affichées, Sur le papier, c'est vrai : la France fait partie des pays qui se fixent des objectifs assez élevés en Europe. Sur les économies d'énergie, par exemple,la loi sur la transition énergétique prévoit de diviser par deux notre consommation d'électricité ou de carburant d'ici 2050. De l'avis des experts que j'ai contacté, ça met la France plutôt en tête avec l'Allemagne ou la Suède.Autre exemple : les émissions de gaz à effet de serre. L'objectif de la France, c'est de les réduire de 40% d'ici 2030,Si ces objectifs sont votés, ce sera aussi dans la moyenne européenne. La Commission européenne nous On est donc dans la moyenne, mais pas largement au-dessus comme l'affirme Ségolène Royal. Ségolène Royal se montrerait un peu trop enthousiaste ? D'abord c'est assez facile de prendre des engagements pour 2050, De l'eau aura coulé sous les ponts comme on dit : il faudrait se fixer des objectifs intermédiaires pour qu’ils soient vraiment crédibles selon les experts du climat que j'ai contacté. Par ailleurs, si la France est ambitieuse, il faut rappeler qu’elle part de plus loin que certains de ses voisins qui ont commencé à faire des économies d'énergie dès les années 90. Les allemands ont fait beaucoup d'effort pour consommer moins d'électricité domestique. Les italiens aussi consomment beaucoup moins d'énergie par habitant. Enfin, la définition même qui est donné en France à cette "transition énergétique" est plus restreinte que celle qu'on en donne en Allemagne. Beaucoup s'interrogent aussi sur le financement et la mise en œuvre de cette loi : les 23 et 24 octobre, lors d'un conseil sur le climat, les européens vont décider une position commune, avant le sommet de l'Onu qui aura lieu à paris l'an prochain. On verra alors si la France reste dans l'incantation selon les termes du Réseau Action climat qui suit de près ces négociations, ou si elle se montre vraiment à la pointe de la lutte contre le réchauffement climatique.

Transition énergétique
Transition énergétique © Radio France
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.