Coup de projecteur sur la Suède, où Emmanuel Macron tire son inspiration

A Stockholm, les pensionnés courtisés lors des élections législatives en 2010
A Stockholm, les pensionnés courtisés lors des élections législatives en 2010 © AFP / JONATHAN NACKSTRAND / AFP

Durant la campagne, Emmanuel Macron a dit s'inspirer du modèle notionnel de la Suède (il existe aussi en Italie) : c'est un régime unifié où les droits sont comptabilisés en euros, stockés jusqu'à l'âge de la retraite sur un compte virtuel. Chaque euro cotisé donne les mêmes droits à tous, quels que soient le statut ou le métier. Et chaque période compte, congé parental, formation ou chômage. Les Suédois peuvent partir dès 61 ans mais avec la moitié de leur dernier salaire. Pour gagner plus, il faut travailler plus longtemps. Chaque année, l’Etat suédois envoie à chaque actif une information sur l’état de son compte - le montant cotisé par lui-même et son employeur, le montant attendu de sa future pension -, ainsi qu’un rapport sur l’équilibre financier du régime des retraites. Une lisibilité que n’offre pas le système français actuel. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.