Au sujet du coût du travail en France et en Allemagne, voici ce que déclarait le Premier ministre Manuel Valls sur Europe 1 cette semaine :

Le coût du travail est désormais plus faible en France qu'en Allemagne, affirme en substance le Premier ministre. Vrai ou faux ?

Plutôt vrai, mais uniquement dans l'industrie.

Le coût du travail, c'est ce qu'un patron paye pour employer un salarié : son salaire brut plus l'ensemble des charges patronales qui servent à payer les prestations sociales.

manuel valls annonce 30 milliards d'euros de baisse du coût du travail d'ici 2016
manuel valls annonce 30 milliards d'euros de baisse du coût du travail d'ici 2016 © reuters

Ce coût du travail très élevé, c'est un peu un leitmotiv lorsqu’on parle du manque de compétitivité des entreprises françaises. Mais il faut bien le reconnaitre, l'écart se resserre avec l'Allemagne, c'est l'INSEE qui le dit.

Depuis 2 ans, le fossé se réduit et le mouvement s'accélère. Au second semestre 2015, l'heure de travail est plus chère en France (36 euros) contre 34 euros en Allemagne.

Mais si on prend le secteur de l'industrie, comme Manuel Valls, les salaires sont désormais moins chers en France qu’en Allemagne : 2 euros de moins. Le coût du travail dans l'industrie est donc moins élevé aujourd'hui en France qu'en Allemagne. C'est donc un vrai pour Manuel Valls.

Depuis 2012, le coût du travail augmente, mais il augmente moins vite en France qu'en Allemagne. À peu près 2 fois moins vite, à l'inverse de ce qui se passait dans les années 2000.

Côté français, le coût du travail stagne en grande partie à cause du CICE, le Crédit Impôt compétitivité emploi, cet avantage fiscal qui réduit les charges sociales patronales progressivement depuis 2013.

Côté allemand, il y a eu un rattrapage des salaires après 10 ans de modération. Et ce mouvement va se poursuivre puisque depuis le 1er janvier, l'Allemagne a mis en place un salaire minimum, ce qui mécaniquement augmente les salaires allemands. Alors qu'en France, le CICE arrive cette année à son rythme de croisière.

Malgré le CICE, la France reste championne d'Europe des cotisations sociales , qui financent notre modèle social très généreux, des retraites, ou d'assurance chômage. Et pour que cela change, il faudra attendre que le Pacte de responsabilité soit mis en œuvre. Car les nouvelles baisses de charge n’ont démarré que cette année.

►►Pour aller plus loin : Le coût du travail, comparaison de l’institut COE REXECODE

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.