Après les agapes des fêtes, on parle sécurité alimentaire.

L’Europe nous impose-t-elle les OGM ?
L’Europe nous impose-t-elle les OGM ? © Maxppp / Sebastien JARRY

Florian Philippot, eurodéputé Front National s'inquiète des OGM, les organismes génétiquement modifiés : "On ne peut pas interdire les OGM si on est dans le cadre de l'Union européenne. Ce n'est pas nous qui décidons. "

Impossible d'interdire les OGM sans l'Union européenne, selon le vice-président du Front National, Florian Philippot. Vrai ou faux ?

C’est à la fois vrai et faux. En fait, tout dépend de ce qu'on désigne par OGM. Si l'on parle de culture d’OGM, ce que dit Florian Philippot est faux ! Chaque État peut faire ce que bon lui semble : interdire ou autoriser. La France les interdit, tout comme 18 autres pays en Europe. Cette interdiction vaut, même si à Bruxelles, on a délivré une autorisation de mise sur le marché européen. Il suffit pour un État d'invoquer différents motifs, comme par exemple la politique agricole, l'environnement, ou les conséquences socio-économiques de ces OGM. Seule une dizaine de pays en Europe autorisent les cultures d'OGM; mais en pratique seul le mais Monsanto 810 a reçu une autorisation européenne, il n'est cultivé que dans cinq pays, essentiellement d'ailleurs en Espagne.

La France peut donc interdire les cultures d’OGM, mais alors en quoi Florian Philippot dit-il vrai ? On peut malgré tout importer des aliments à base d’OGM. Ces OGM, ils servent avant tout à nourrir du bétail, des volailles et des porcs. Quant au consommateur, il doit en être avertit, l’Europe impose que la présence d’OGM figure sur l'étiquette dès que la présence de 0,9% d'OGM.

Avant leur mise sur le marché, ces denrées alimentaires contenant des OGM doivent d'ailleurs obtenir le feu vert de la Commission européenne, après avis scientifique. Puis les représentants de chaque état votent en comité. C'est vrai que la plupart du temps, la Commission donne son feu vert, mais les états freinent des quatre fers. Si je résume, il est faux de dire que l'Europe impose des OGM, mais il est vrai que l'Union européenne peut imposer certains aliments à base d'OGM. Au final ces OGM se retrouvent donc dans nos assiettes ! Au total 72 aliments contenant des OGM ont reçu une autorisation de commercialisation en Europe : ça va du maïs, au soja en passant par le colza, le coton ou la betterave sucrière.

Les écologistes pointent que si en Pologne on éleve des porcs à base d’OGM, le jambon sera vendu dans les supermarchés en Allemagne ou en France. Ce qui n'est pas réglé c'est donc la cohabitation entre des pays qui autorisent et ceux qui interdisent les OGM. Il y a aussi le problème de la dispersion des semences le long des frontières.

La Commission européenne a tenté de clarifier les choses, mais pour le moment, ni le Parlement Européen ni les états européens ne semblent très pressés de régler la question, autrement dit, le problème reste entier....

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.