A partir du 1er janvier, étudier et travailler de l'autre côté du Channel risque de vous coûter plus cher

Les frais de scolarité augmentent fortement pour les étudiants européens dans les prestigieuses universités anglaises comme Oxford
Les frais de scolarité augmentent fortement pour les étudiants européens dans les prestigieuses universités anglaises comme Oxford © AFP / ALEX ROBINSON / ROBERT HARDING PREMIUM / ROBERTHARDING VIA AFP

A partir du 1er janvier, si vous voyagez au Royaume uni pour faire du tourisme, des affaires ou rendre visite à votre famille, il faudra vous poser les mêmes questions que si vous vous rendez aux Etats Unis ou en Australie. A partir d'octobre 2021 pour entrer au Royaume Uni, un passeport sera nécessaire et non une simple carte d’identité. Au-delà de 6 mois sur place, un visa sera obligatoire. En cas d'accident, mieux vaut prévoir une assurance privée. Enfin attention au coût des appels téléphoniques vers et en provenance du Royaume Uni car ils risquent d'augmenter.  Les opérateurs télécom pourront facturer à nouveau les frais d'itinérance.

Des études plus chères 

D'abord pour postuler à un emploi outre-manche il faut un visa de travail. L'âge, la connaissance de l'anglais, les ressources financières seront pris en compte dans ce nouveau système d'immigration à point. Par exemple justifier d'un salaire minimum de 28 000 euros. Etudier au Royaume uni va couter plus cher : d'abord il y a le coût d'un visa 390 euros  si vous étudiez plus d'un semestre. S'inscrire au NHS, la sécurité sociale britannique 500 livres par an. Enfin et surtout les frais de scolarité vont augmenter. 

Actuellement les étudiants européens payent autant que leurs camarades britanniques. Dès la prochaine rentrée universitaire, à l'automne 2021, le coût de la scolarité sera aligné sur celles des étudiants des pays tiers,  jusqu'à 4 fois plus chères en médecine ou dans des universités prestigieuses comme Oxford. Toutes ces conditions ne s'appliquent qu'aux nouveaux arrivants. Ceux qui justifient une résidence outre-manche avant fin décembre 2020 conservent leurs droits en vertu de l'accord de transition. L'inverse est vrai pour les Britanniques déjà établis en Europe. 

L'équipe