Aujourd'hui la France est toujours mauvaise élève en matière de surpopulation carcérale. Combien de places manque-t-il dans les prisons françaises ?

Centre de détention d'Agen, Sud-Ouest de la France.
Centre de détention d'Agen, Sud-Ouest de la France. © AFP / MEHDI FEDOUACH

Eric Ciotti, Député les Républicains des Alpes Maritimes pointe la responsabilité de l'ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira : "La surpopulation carcérale n'a jamais été aussi forte que sous ce quinquennat, car elle (Christiane Taubira) a interrompu ce que nous demandions : la construction de 24 000 places supplémentaires. Notre pays est parmi les pays d'Europe celui qui a le moins de place de prison par rapport à sa population".

Donc selon Eric Ciotti, la France est le pays d'Europe qui compte le moins de place de prison par habitant. C'est vrai ou c'est faux ?

C'est faux ! Selon les statistiques pénales du Conseil de l’Europe, la France compte 88 places de prison pour 100 000 habitants. La moyenne européenne, elle tourne autour de 130 places. La France se situe sous la moyenne européenne, mais elle n'est pas la seule loin s'en faut. En Suède, par exemple, on compte 64 places de prison pour 100 000 habitants, au Danemark c'est 70, il y a aussi l'Italie, ou l'Espagne. A l'inverse la championne d'Europe c'est la Lituanie 320 places de prison pour 100 000 habitants. La France est en-dessous de la moyenne européenne, mais ce n'est pas le pays qui a le moins de place de prison par rapport à sa population.

Le député Les Républicains affirme que le problème de la surpopulation carcérale n'a jamais été aussi aiguë que sous le quinquennat de François Hollande. Quel crédit accorder à ces propos ? C'est vrai ou c'est faux ?

C'est vrai. Le premier août dernier, les prisons françaises hébergeaient 68 819 détenus pour 58 561 places disponibles : un record absolu pour le ministère de la justice. On dénombre près de 1500 détenus dormant sur des matelas au sol. Depuis 1990, le parc pénitentiaire français a gagné 22 000 places, mais dans le même temps, le nombre de détenus a pratiquement doublé. Sans compter le nombre de prévenus en attente de jugement qui explose. Dans les maisons d'arrêt, ou sont détenus les le taux d'occupation est encore plus fort. Toute la chaine est engorgée. Résultat c'est une surpopulation carcérale chronique, ce qui vaut à la France d'être régulièrement pointée du doigt. En Europe, en matière de surpopulation carcérale, la France se classe au 18ème rang, derrière la Roumanie !

La surpopulation carcérale est-elle une fatalité ? Pas forcément. Nos voisins ont choisi d'autres options. La prison n'est pas considérée comme la Référence en matière de sanction.

Certains misent sur des alternatives à la prison, d'autres consacrent plus de moyen à la réinsertion. Par exemple, la Suède dépense 3 fois plus que la France pour chaque détenu. Conséquence : son taux de détenu est 2 fois plus faible que chez nous. La priorité est mise sur la réinsertion et le travail, alors qu'en France, l'Observatoire international des prisons pointe un manque de moyens et d'accompagnement sur l'après prison. Mais la surpopulation n'est pas une fatalité : ainsi les Néerlandais, qui privilégient des peines de travail, en viennent à louer leurs prisons vides à la Belgique qui elle manque de place...

Avec l'aide du service police-justice de France Inter.

►►►Le rapport d’Eric Ciotti

►►►Le rapport sur les prisons du Conseil de l’Europe (capacité carcérale européenne)

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.