Valérie Pécresse, la candidate les Républicains aux régionales en Ile-de-France, déclarait au micro de Patrick Cohen le 1er octobre dernier :

La Région Ile-de-France ne va pas chercher les crédits européens auxquels elle a droit, dit Valérie Pécresse. Vrai ou faux ?

Questions d' actualite au gouvernement a l' Assemblee Nationale en presence de Valerie Pecresse
Questions d' actualite au gouvernement a l' Assemblee Nationale en presence de Valerie Pecresse © MaxPPP

Plutôt faux.D'abord, Valérie Pécresse se trompe sur le chiffre : ce n'est pas 50 mais 40 millions d'euros de crédits européens auxquels la Région Ile-de-France a dû renoncer.

Deuxièmement, ces crédits (j'ai vérifié auprès de la Commission) ne sont pas annulés au sens strict. Ce sont des fonds qui avaient été alloués à la France et qui peuvent être utilisés jusqu'à la fin de cette année.

Cela dit, il y a peu de chance qu'on y arrive dans les temps et du coup, c'est la règle, ces 40 millions non utilisés vont repartir à Bruxelles.

Renoncer à 40 millions d'euros en période de vache maigre, cela parait absurde. Qu’est-ce qui explique ça ?

Je ne vais pas rentrer dans le détail des fonds structurels européens parce que c’est très compliqué et que c'est justement ça qui pose problème aux missions locales, aux universités ou encore aux départements qui cherchent à faire financer par l'Europe leur centre de formation pour apprentis, ou leur maison de l'emploi.

Lorsqu'on réclame des crédits européens, il faut d'abord monter un dossier et ça, c'est extrêmement technique. Il y a des critères à respecter, des délais... souvent les dossiers sont mal construits. Certains jettent l'éponge avant même de se lancer. On ne compte plus les rapports au vitriol de la Cour des Comptes.

Mais là où Valérie Pécresse se trompe, c'est quejusqu'en 2013, ce ne sont pas les régions qui géraient ces précieux subsides, c'était l'Etat. Autrement dit les ministères, les préfectures. Donc la responsabilité est plutôt du côté de l'Etat qui n'a pas su accompagner les projets, que du côté de la Région Ile-de-France.

__

Va-t-on tirer les leçons de cet échec ?

Oui, parce que la question va se reposer. D’ici 2020, l'Europe doit verser à la France 14 milliards d'euros.

François Hollande, c'est même une promesse de campagne, a promis d'en confier la gestion aux régions. En principe, les règles doivent changer, sauf que l'administration centrale voit d'un très mauvais œil lui échapper ces fonds européens. Résultat on a coupé la poire en deux : les fonds européens pour l'emploi vont continuer à être gérés en partie par le ministère du Travail et en partie par les régions. Ça promet encore une belle usine à gaz.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.