Alors que la COP 21 se termine, questions sur le climat et la pollution avec ces propos de Nicolas Sarkozy tenus chez nos confrères d'Europe 1 la semaine dernière :

Ce n’est pas la première fois que l’on compare la pollution des deux côtés du Rhin et il y a deux choses dans ce que dit Nicolas Sarkozy.

Tout d'abord, l'économie française polluerait quatre fois moins que l'économie allemande : vrai ou faux ?

Plutôt faux. L'économie française pollue moins que l'Allemagne, mais 4 fois moins c’est un peu exagéré et l’on entend un peu tous les chiffres sur ce sujet.

l'ue proche de son objectif de réduction d’émissions de gaz à effet de serre pour 2020
l'ue proche de son objectif de réduction d’émissions de gaz à effet de serre pour 2020 © reuters

Tout d’abord de quoi parle-t-on ? L'économie que cible Nicolas Sarkozy recouvre tous les secteurs, de l'agriculture à l'industrie, en passant par les services, les transports, et bien sûr, la production d'énergie.

Je me suis plongée dans les chiffres de l'Agence européenne pour l'environnement qui calcule chaque année les émissions totales de gaz à effet de serre de chaque pays.

Si on prend les émissions de CO2, le principal gaz à effet de serre, la France émet par an environ 500 millions tonnes de CO2 (si on inclut le transport aérien) contre 960 millions pour l'Allemagne.

Autrement dit, nos voisins d'Outre Rhin polluent plus que nous, mais ils polluent seulement 2 fois plus.

Deuxièmement, l'Allemagne est une grande économie qui émet donc forcément plus de gaz à effet de serre. Rapporté à sa population, un Allemand a produit en moyenne tous secteurs confondus un peu plus de 9 tonnes de CO2 en 2013, alors qu'un Français en a produit un peu plus 5 tonnes (5,3 tonnes pour être tout à fait précis). Là encore, c'est 2 fois moins, mais pas 4 fois moins.

C'est donc plutôt un « faux » pour Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy affirme que l'économie allemande fonctionne sur les énergies fossiles : vrai ou faux ?

C'est vrai.

Centrale au charbon de Jänschwalde
Centrale au charbon de Jänschwalde © Radio France

Il existe de grosses différences dans les politiques d'énergie entre l'Allemagne et la France, on ne va pas refaire l'Histoire, mais en résumé, depuis Fukushima, l'Allemagne accélère sa sortie du nucléaire.

Le paradoxe, c'est que depuis, les Allemands ont rouvert leurs centrales à charbon qui tournent à plein régime. La production d'électricité à partir de la houille et du lignite a fortement progressé et les énergies comme le charbon et le gaz représentent aujourd'hui plus de la moitié de la production d'électricité en Allemagne.

La France, elle, a choisi une autre option : les trois-quarts de notre électricité viennent du nucléaire qui dégage en effet peu de gaz à effet de serre. Pas étonnant que l'Allemagne soit championne d'Europe des émissions totales de CO2.

De ce point de vue, Nicolas Sarkozy a donc raison.

La France a donc plutôt un bon bilan en matière de réchauffement climatique. Son bilan carbone est plutôt positif et la France fait figure de bonne élève dans la COP 21 : elle a déjà atteint les objectifs qu'elle s'est fixée pour 2020. Le problème, c'est qu'elle a un peu tendance à se reposer sur ses lauriers. Elle développe beaucoup moins les énergies renouvelables, l'éolien, le solaire, ou la biomasse. Toutes ces énergies renouvelables représentent déjà près d'un quart de la production d'électricité en Allemagne, mais à peine 16% en France.

Jusqu'ici, le nucléaire nous a offert une électricité assez bon marché et peu polluante en CO2, mais ça, ça n'incite pas non plus à faire des économies d'énergie.

►►Pour aller plus loin :

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.