Au menu : la taxe robots et ses conséquences

Robot devant un portable
Robot devant un portable © Getty / Westend61

Le candidat socialiste Benoit Hamon veut taxer la richesse produite par les machines. Les robots prennent la place des hommes. Dans son programme, il propose de prélever une taxe sur les robots pour financer le Revenu universel. La mesure suscite pas mal de réaction : le sénateur socialiste Gérard Colomb, soutien du candidat Emmanuel Macron.

"Taxer les robots ? En France nous en avons 40 000, en Allemagne il y en a 160 000. Si déjà ce qui est un de nos points faibles, on le rend encore plus faible, les pertes d'emploi seront terribles, demain nous serons un pays en ruine."

Y a t il 4 fois plus de robots en Allemagne qu'en France. Vrai ou Faux ?

Vrai. 32 000 robots en France, contre 180 000 en Allemagne. Ce sont les chiffres 2015 de la Fédération internationale de la robotique. Le deuxième pays d'Europe le plus équipé en robots c'est l'Italie : 2 fois plus de machines que dans l'hexagone. Clairement, la France est à la traine. Les chiffres de vente des machines stagnent depuis 15 ans. Le nombre de robots en France n'a quasiment pas bougé. Les entreprises remplacent quand les robots sont usés, dépassés ou cassés, mais elle ne s'équipent pas. C'est donc un vrai pour Gérard Colomb.

Comment s'explique ce retard français ?

Il y a un problème d'investissement, les marges des entreprises se sont réduites, en France, les robots sont concentrés dans les grandes entreprises, certains secteurs sont très peu robotisés : on compte 2 fois moins de robot ramené au nombre de salariés dans les PME mais aussi des secteurs comme la mécanique. En revanche dans l'automobile, l'écart est assez faible avec l'Allemagne selon le Symop, la fédération patronale de la robotique.

Il y a aussi un frein psychologique : la France fait partie des pays les plus hostiles aux robots. Les avis négatifs sont supérieurs de 6 points à la moyenne européenne selon une étude de l'institut Fondapol.

Une taxe sur les robots, ça consiste en quoi ?

C'est assez flou. mais en gros l'idée c'est que les robots doivent contribuer à entretenir notre modèle social. selon les études, ils pourraient faire disparaitre entre alors qu'ils sont accusés de faire disparaitre les emplois. La robotisation de la logistique va faire disparaitre un million et demi d'emploi en zone euro prédit le cabinet Roland Berger. Cette idée de Benoit Hamon est inspirée de la proposition d'une députée européenne luxembourgeoise, Mady Delvaux. Son rapport sera discuté la semaine prochaine au Parlement européen à Strasbourg.

En fait, Benoit Hamon s'inspire du rapport d'une députée européenne luxembourgeoise, Mady Delvaux. Il sera discuté dans quelques jours au Parlement de Strasbourg.

Vu que la Commission et le parlement européen n'ont aucune compétence pour lever des taxes ou fixer des cotisations sociales, la députée veut surtout de lancer le débat. On ne sait pas si les robots créent plus d'emplois qu'ils n'en détruisent, mais on peut commencer à analyser les scénarios pour l'avenir, dit elle. Il faut pousser les gouvernements à réfléchir. Les eurodéputés la suivront ils ? Le vote est prévu jeudi.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.