On refait le match France/Allemagne à propos des travailleurs pauvres.

Taux de pauvreté et niveau de salaires des travailleurs ne doivent pas être confondus
Taux de pauvreté et niveau de salaires des travailleurs ne doivent pas être confondus © Getty / Martin Dr. Baumgärtner

La sociologue Dominique Méda, ancienne conseillère du candidat socialiste Benoit Hamon : "En Allemagne, taux de pauvreté des salariés : 23%, contre 8% en France c'est énorme".

Le taux de pauvreté chez les salariés est presque 3 fois plus élevé en Allemagne qu'en France. Vrai ou Faux ?

FAUX. Dominique Méda confond - simplifie selon elle- deux notions : le taux de pauvreté et le niveau de salaires des travailleurs.

Si on prend le taux de pauvreté au travail, tel que le calcule l'institut des statistiques Eurostat, c'est à dire à partir du niveau de vie, l'écart entre la France et l'Allemagne est assez serré ! Taux de travailleurs pauvres en France : 7,8% ce sont les derniers chiffres de l'INSEE en 2014. En Allemagne, c'est 10%, bien loin du chiffre avancé par Dominique Méda. L'écart est de 2 points et non de 15.

Dominique Méda fait plutôt allusion à un autre indicateur : la proportion des petits salaires. Est considéré comme un "bas salaire" celui qui touche deux tiers ou moins du salaire horaire brut médian.

Au dernier pointage d'Eurostat, cette proportion est effectivement très élevée en Allemagne : presque 23% (22,8%), alors qu'en France les petits salaires représentent 8,8%. De ce point de vue, c'est vrai qu'entre la France et l'Allemagne l'écart est énorme. C'est dû en bonne partie aux temps partiels et aux minijobs. Dominique Méda, qui réagit aux ordonnances sur le Code du travail, s'appuie sur cet indicateur pour dénoncer les risques de la flexibilité accrue du marché du travail.

Sauf qu'avoir un petit salaire, ça ne veut pas dire forcément qu'un travailleur est pauvre. Le salaire n'est qu'une composante des revenus. Cet indicateur ne tient compte ni des prestations sociales, ni du patrimoine, ni même des revenus du conjoint. Il est donc assez difficile de tirer des conclusions sur le taux de pauvreté des travailleurs.

La pauvreté, sujet de débat en Allemagne comme en France

La question revient très régulièrement sur le tapis en France mais aussi en pleine campagne électorale en Allemagne. C'est un argument pour le candidat SPD Martin Schulz. Or c'est un concept assez délicat à manier ; les experts ne parlent pas de pauvres, ils parlent de "personnes menacées de pauvreté".

Par ailleurs, les derniers chiffres d'Eurostat en la matière datent de 2014, or depuis lors Berlin s'est attaqué à cette question des salaires faibles, avec la création en 2015 d'un salaire minimum pour juguler la pauvreté. Le coût de la vie est différent des deux côtés du Rhin. La clé c'est le logement ; les prix de l'immobilier ont flambé en France, tandis qu'ils stagnent en Allemagne depuis 20 ans rappelle Pierre Madec, économiste à l'OFCE. En clair, on n'est pas pauvre dans les mêmes conditions. Comparaison n'est pas raison.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.