Retour ce matin sur le match France-Allemagne à propos de la formation des chômeurs qui a eu lieu cette semaine. Ecoutez ce qu'en disait la ministre du travail Myriam El Khomri sur France Inter samedi 9 janvier:

D'après Myriam El Khomri, l'Allemagne forme deux fois plus de chômeurs que la France, l'Autriche quatre fois plus.

C'est plutôt vrai. Si on prend la France,selon les chiffres fournis par Pôle Emploi, 470 000 chômeurs sont partis en formation en 2014. C’est à peu près un chômeur sur 10, si l'on prend compte tous ceux qui ont peu ou pas du tout travaillé. En Allemagne, selon les chiffres d'Eurostat, l'institut Européen qui compiles les statistiques de chaque pays :un million de personnes sont partis en formation sur 5 millions de demandeurs d'emplois inscrits . On est dans la fourchette de la Ministre du travail. 2 chômeurs formés sur 10. Pour l'Autriche c'est un peu à la louche mais là encore le rapport 4 chômeurs sur 10 en formation n'est pas inexact. Il faut quand même préciser sue les chiffres d’Eurostat comprennent à la fois les chômeurs mais aussi tous les inactifs en recherche d'emploi et les salariés qui risquent de perdre le leur. Mais dans l'ensemble c'est donc un vrai pour Myriam El Khomri.

pôle emploi
pôle emploi © CC dominique lenoir

En France, Pôle Emploi met plusieurs mois avant de parler formation aux chômeurs qui viennent s'inscrire. Les autorités font le pari que beaucoup vont très vite retrouver un emploi, du coup pas la peine de lancer des formations. Alors qu'en Autriche le sujet est abordé très rapidement. Les conseillers de l’Arbeitmarkservice s’attachent à rencontrer les demandeurs d’emploi toutes les semaines. Et c'est assez drastique les chômeurs sont obligés d’accepter les formations proposées ou tout travail correspondant à leur qualification, faute de quoi, ils voient baisser leurs allocations chômage. Pas question de perdre de temps, de laisser le chômage s'installer. Cette différence de politique, elle s'explique aussi par un problème de financement. Lorsqu'on a comme la France un très haut niveau de chômage : former tout le monde ça revient très cher.

En Autriche, où l'on compte 300 000 chômeurs, c'est évidemment très différent. Aujourd'hui le gouvernement cible les chômeurs de longue durée (700 000 sont inscrits à Pôle Emploi depuis plus de 3 ans) . Et ce n'est pas un hasard si personne ne parle de former les chômeurs plus récents.

Depuis la crise, de nombreux pays européens ont renforcé leurs programmes de formation à destination des chômeurs, chez nous trop souvent, il s’agit de remplir des stages existants sans s’inquiéter de savoir si ce choix est judicieux ou s'il correspond à une offre d'emploi. Selon un bilan de Pôle Emploi sur le plan de 100 000 formations prioritaires en 2014, 57 % des chômeurs ont un emploi six mois après leur formation. Aujourd'hui le gouvernement veut former un million de chômeurs sur un an, mais si la croissance ne repart pas et que l'économie ne crée pas plus d'emploi, on risque d'en rester au coup d'épée dans l'eau.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.