Au sommet de l'OTAN, l’Europe hésite entre la défense de ses intérêts propres ou se réfugier sous le parapluie américain.

Au sommet de l'OTAN, l'heure des retrouvailles. Les Etats unis et l'Europe tourne la page Trump
Au sommet de l'OTAN, l'heure des retrouvailles. Les Etats unis et l'Europe tourne la page Trump © AFP / Francisco Seco / POOL / AFP

Le débat est plus paisible avec un Joe Biden qui joue le dialogue, mais L’UE n’est plus la même elle cherche ses propres éléments de réponse. Elle doit défendre ses intérêts propres pour l'industrie, les technologies, affirme le commissaire européen. Didier Reynders. mais au delà des mots, les vélléités d’un pillier européen de l’Alliance atlantique telles que le voulait Emmanuel Macron s’éloigne. vis-à-vis des Etats unis, la France d'ailleurs ne pourra pas se battre sur tous les fronts, la taxe GAFA, le climat , les vaccins Covid... et défendre une défense européenne. En pleine pandémie, la priorité est plutôt d'enterrer la hache de guerre dans le conflit commercial entre Airbus/Boeing. L’épisode Trump est révolu. Bon nombre d’Etat européens veulent donner un bon coup de peinture à l'OTAN et repartir comme si de rien n’était.  Hier à Bruxelles aucun sommet Europe-Otan n'est venu appuyer cette volonté d'autonomie (officiellement pour cause d'agenda) c'est mauvais signe.

L'équipe