Retour ce matin sur l'interview de Jean-Luc Mélenchon, que l’on a reçu ce mercredi dans le 5/7 pour parler de son livre Le Hareng de Bismarck . Le député européen front de gauche dénonçait ce quon appelle le « modèle » allemand :

Qu'est-ce qu'un pays dans lequel il y a plus de gens qui meurent que de gens qui naissent. Qu’est-ce qu'un pays dont 25 000 jeunes fichent le camp chaque année, alors qu'il y en a déjà si peu. Qu'est-ce qu'un pays où il n'y a aucun accueil prévu pour la petite enfance, si bien que les femmes ne peuvent pas concilier vie professionnelle et vie familiale ? Et ainsi de suite, ce n'est pas un modèle.

Jean-Luc Mélenchon affirme d'abord qu'en Allemagne, le nombre de décès dépasse le nombre des naissances. Vrai ou faux ?

Vrai. Je me suis plongée dans les statistiques de l'institut allemand Destatis. Jean-Luc Mélenchon a raison : en 2013, il y a eu en Allemagne plus de décès que de naissances (près de 900 000 décès pour 680 000 naissances). Le solde est donc négatif et c'est comme cela grosso modo depuis le début des années 70. Longtemps, c'est l'immigration qui compensé ce déséquilibre, mais dans les années 2000, les arrivées de migrants ont baissé et du coup, l'Allemagne a perdu 800 000 habitants. Cela posait de grave problème de main d'œuvre qualifiée. Mais depuis 2010, l'immigration est repartie à la hausse : en 2013, entre les arrivées et les départs, l'Allemagne a accueilli 430.000 personnes. Ce problème démographique est donc un peu repassé au second plan.

Jean-Luc Mélenchon parlait aussi en Allemagne, du départ de 25 000 jeunes par an. Vrai ou faux?

Plutôt faux : j'ai contacté plusieurs démographes, il est assez difficile de vérifier la part des jeunes qui quittent l'Allemagne et ceux qui arrivent chaque année. Mais 25 000 départs par an, cela ne parait pas tant que cela à l'échelle d'un pays qui compte plus de 81 millions d'habitants. L'Allemagne est un pays de forte émigration. La mobilité est très valorisée. Ça ne veut pas dire que ces jeunes ne reviendront jamais. Sachant qu'en 2013, 800 000 personnes ont quitté l'Allemagne, selon Destatis, on a du mal à croire que seul 25 000 d'entre eux sont des jeunes.

Enfin, le député européen du Front de gauche affirme qu'il n'y a en Allemagne aucun accueil prévu pour la petite enfance. Vrai ou faux ?

C’est faux. A partir de 2005, le gouvernement allemand a décidé d'allouer des aides financières pour la création de crèche et pour leur entretien et cela a considérablement développé l'offre d'accueil pour la petite enfance.

Objectif : 1/3 des enfants de moins de 3 ans pris en charge. Aujourd'hui on y est presque : à l'ouest du pays, 27% d'enfants pris en charge. A l'est, plus de la moitié des enfants ont une place en crèche grâce au maintien des structures de l'ancienne RDA communiste. En Allemagne, les femmes peuvent donc concilier vie professionnelle et vie familiale, mais à quelques nuances près.

Anne Salles, démographe à l'INED :

0'23

Le cinq sept 2013 - SON VRAI FAUX 2 Anne Salles

Il y a donc un accueil prévu pour la petite enfance en Allemagne, qui permet de concilier vie familiale et vie professionnelle. C’est donc plutôt un faux pour Jean-Luc Mélenchon.

Jean-Luc Mélenchon, 2014/11/07. Paris, France
Jean-Luc Mélenchon, 2014/11/07. Paris, France © Xavier de Torres / maxppp
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.