Le souhait d'Emmanuel Macron est-il partagé par nos voisins européens ?

Artilleurs britanniques lors des manoeuvres américaines au sud de l'Allemagne en mars 2018 auxquelles 3700 participants issus de 27 nations ont pris part.
Artilleurs britanniques lors des manoeuvres américaines au sud de l'Allemagne en mars 2018 auxquelles 3700 participants issus de 27 nations ont pris part. © AFP / CHRISTOF STACHE / AFP

Favorables à cette idée : la France et l'Allemagne, Angela Merkel l'appelle de ses voeux devant le Parlement européen.  Pour la chancelière allemande cela répond à des inquiétudes sur la fiabilité de l'allié américain. Depuis la fin de la dernière guerre mondiale en 1945, la Défense allemande a été prise en charge par d'autres (les Etats Unis, l’OTAN), mais la donne change, avec les risques de terrorisme, les crises migratoires et militaires et surtout l'arrivée de Donald Trump.

Qui est contre ? 

La plupart des pays d’Europe centrale et orientale (Pologne, Etats baltes, pays scandinaves) sont très réticents à l'idée d'un commandement stratégique européen ! Face à la Russie, l'engagement des Etats unis est la condition sine qua non pour garantir leur sécurité. La Pologne particulièrement a peur que cela ne gêne sa relation  avec le grand frère américain. Même en matière d'achat d'armement, il n’y a pas vraiment de réflexe européen, comme on le voit avec le choix récent de la Belgique d'acquérir des avions de combat F35 américains. La plupart des pays européens continue d'ailleurs d'acheter une bonne partie de son équipement militaire outre atlantique. 

Les 3/4 des dépenses militaires en Europe se concentrent sur 6 pays. 

Le Royaume unis, la France, mais aussi l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et les Pays Bas avec des variations importantes d'un pays à l'autre. Ainsi en France, hors pensions, les dépenses militaires représentent 1,6% de la richesse, environ 478 euros par habitant si l'on prend le périmètre de l'OTAN en 2011. Seul le Royaume uni fait un effort plus important : 760 euros par habitant. La moyenne européenne ne dépasse pas 1% du PIB consacré à la Défense. On est très loin de ce que consacrent les Etats unis : 4 et demi pour cent du PIB, c'est à dire environ 1900 euros par habitant. Selon certains experts, Emmanuel Macron fait plutôt allusion à la coopération européenne entre les 28 états - c'est la politique de sécurité et de défense commune (PSDC). Rien à voir avec une armée. Les européens ont déjà du mal à s'entendre sur la gestion des migrants, on voit mal comment il parviendrait à trancher des questions aussi difficiles que le feu nucléaire ou le commandement d'une telle armée...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.