Les jeunes Français exclus des minimas sociaux, une exception en Europe.

Billets euros dans une poche de jean.
Billets euros dans une poche de jean. © Getty / Antonio Li Piani / EyeEm

Benoit Hamon, candidat socialiste à la présidentielle, critique l'absence de revenus minimaux pour les jeunes avant 25 ans.

"Regardons ce qu'est notre pays : il est un des plus durs avec sa jeunesse. On réserve les minimas sociaux au delà de 25 ans. Peu de pays européens font de même. Peu de pays considèrent qu'au moment de l'insertion professionnelle, un moment difficile -on fait beaucoup de contrats courts, précaires, on a du mal à se loger- on accepte que parce que les jeunes n'ont pas cotisé, ils n'ont pas accès aux minimas sociaux."

Pas de minimas sociaux avant 25 ans, c'est vrai ou c'est faux ?

C'est faux. L'accès à ces minimas est très restreint, mais 176 000 jeunes touchent le RSA selon le rapport du député Christophe Sirugue.

Sauf que les conditions sont très strictes : il faut avoir charge de famille ou bien avoir travaillé deux ans à temps plein au cours des trois dernières années. vu les contrats précaires et les stages à répétition, ce n'est pas donné à tout le monde. résultat : seul 8 000 jeunes en bénéficient. Un célibataire inactif ou qui n'a pas charge de famille est exclu du RSA. Ceci dit, il bénéficie des APL les aides au logement et s'il est très précaire, sans formation, sans étude et sans emploi, depuis 2013 il a droit à la Garantie jeune. cette aide de 470 euros par mois est conditionnée à la recherche d'un emploi. Si je résume il existe bien des minimas sociaux pour les jeunes, même s'ils sont finalement assez peu à en bénéficier. C'est donc plutôt un faux pour Benoit Hamon.

Quelle explication ? L'idée a longtemps couru que l'accès à un revenu minimum découragerait certains jeunes de poursuivre des études ou de chercher un emploi. or aucune étude ne le confirme. en cas de rupture familiale, s'il n'y a pas de solidarité familiale ou que la famille n'a pas les moyens de les épauler, ils sont sans ressources, le taux de pauvreté est plus élevé avant 30 ans. Il y a très peu de recherches sur ce sujet.

La France une exception en Europe ?

C'est plutôt vrai. Contrairement à la France, tous les pays de l'OCDE ouvrent leur minima sociaux aux jeunes dès 18 ans de Seul le Luxembourg exclut du revenu minimum les moins de 25 ans, sauf s'ils ont un enfant.

Deux cas de figure : dans certains pays, les jeunes peuvent bénéficier du revenu minimum garanti dès lors qu’ils ne font pas d'études et qu’ils n'habitent plus chez leurs parents. S’ils vivent encore chez leurs parents, ce revenu minimum est délivré au foyer. C’est le cas en Allemagne, Autriche, Irlande, Portugal, Royaume-Uni. Et puis il y a les pays, ou les minimas sociaux profitent également à ceux qui habitent encore chez leurs parents, dès lors que leurs ressources ne dépassent pas un certain plafond, même s'ils habitent encore chez leur parents. C'est le cas au Danemark, en Finlande et aux Pays-Bas.

Des pays très généreux, mais ils fixent des conditions : au Danemark, l’allocation versée est réduite pour les moins de 25 ans, et elle est de divisée par deux s'ils vivent chez leurs parents. Aux Pays-Bas, les jeunes qui demandent le revenu minimum sont prioritairement orientés vers l’emploi ou la reprise d’études.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.