Sur le podium des pays européens qui vaccinent le plus, le Danemark et l'Italie.

L'Europe sur plusieurs rythmes pour vacciner
L'Europe sur plusieurs rythmes pour vacciner © AFP / FRÉDÉRIQUE BIDAULT / BIOSPHOTO / BIOSPHOTO VIA AFP

La polémique enfle autour de la disponibilité des vaccins contre le COVID-19. La France est en retard sur certains de ses voisins. Certains élus se plaignent de pénurie des doses, ils réclament plus de transparence. Allons voir chez nos voisins, où en est la campagne de vaccination. 

Quels sont nos voisins qui vaccinent le plus? 

Si on exclut le Royaume Uni, le Danemark arrive en tête du moins en proportion de sa population. En nombre de doses administrés, l’Italie. La championne d’Europe Avec près de 1 million 150 mille doses depuis le coup d’envoi de la plus grande campagne de vaccination gratuite et non obligatoire de toute son histoire. De nos voisins, seul le Royaume-Uni, la devance. Londres qui a lancé son programme d’immunisation le 8 décembre dernier dans le contexte du Br exit, totalise près de 4 millions et demi de Britanniques vaccinés. En Italie comme ailleurs on commence à manquer de doses. Les hôpitaux pointent un goulot d'étranglement pour mener à bien la vaccination de masse

Et puis il y a le Royaume Uni

On compare beaucoup l’Europe au Royaume Uni ou à Israël, car ces deux pays caracolent en tête du classement mondial de la vaccination. Sauf qu'il s'agit d'Etat qui ne font pas partie de l’Union européenne ou qui ont choisi de la quitter. Ils n’ont pas eu à attendre, ou pas voulu attendre (dans le cas du Royaume uni) le feu vert de l’Agence européenne des médicaments. Israël a payé plus cher ses vaccins et applique une organisation toute militaire. En Europe, c’est plus une question de timing. Les Pays Bas, par exemple ont choisi de ne pas accélérer le pas, ils ont attendu le 6 janvier pour commencer.  A l’inverse, la Belgique comme la France ont choisi d’accélérer leur campagne de vaccination pour pouvoir démarrer dès le 28 décembre. L’Allemagne se targue d’être plus avancé que tout le monde, avec un million de vaccinés (contre 422 000 en France), mais ses centres de vaccination sont sous utilisés car les stocks de vaccins ne suivent pas. Or les Allemands sont soumis au même calendrier de livraison que nous. La course de vitesse n’a donc pas vraiment de sens. 

L'Union européenne  a-t-elle vu trop juste dans ses commandes de vaccins ?

Les 27 ont joué collectif. Au moins de juin 2020, ils ont mandaté la Commission européenne pour négocier en leur nom des précommandes de vaccins. 6 contrats sont signés, 2 autres sont en négociation. Deux vaccins ont reçu le feu vert de l'Agence du médicament. Le 3ème Astra Zeneca pourrait l'obtenir le 29 janvier. Au total 760 millions de doses vont être livrés d'ici la fin du premier semestre. De quoi vacciner plus que la population européenne. « D'autres viendront encore s'y ajouter. L'Europe s'est assurée jusqu'à deux milliards de doses de vaccins potentiels contre la COVID-19 » selon Ursula Von der Leyen, présidente de l’exécutif européen. On peut comprendre l'impatience des pays. Certains plus fébriles lancent des commandes distinctes, l'Allemagne ou Chypre avec le laboratoire Pfizer et Israël. Bruxelles vient de les rappeler à l’ordre. Ne pas conclure des accords parallèles est une disposition contraignante de l'accord conclu en juin avec l'Union européenne. Le débat est clos, ces options distinctes ne seront pas activées. « Les Vingt-Sept ont fait le choix du collectif et ont libéré ainsi une force de frappe gigantesque pour préfinancer et sécuriser des doses, explique le commissaire européen Thierry Breton, selon lequel le dispositif va monter en puissance. Même si l'Europe a démarré un mois plus tard, ce temps se rattrapera d’ici quelques semaines » assure t il

L'équipe