Ce matin, on parle gros sous ! Avec des milliards et des milliards d'euros déversés par la BCE, la Banque Centrale européenne pour relancer l'économie.

La Banque Centrale européenne est-elle en train de créer une bulle financière ?
La Banque Centrale européenne est-elle en train de créer une bulle financière ? © Getty / Turan Beytas / EyeEm

Le candidat écologiste Yannick Jadot s'inquiète du "quantitative easing" mis en place par la BCE

"La banque centrale européenne rachète chaque mois 70 milliards de dette sur le marché secondaire, ça ne profite qu'à la bulle financière et bancaire. il faut le mettre sur l'activité. c'est de l'investissement extrêmement rentable".

70 milliards d'euros de rachat de dettes par mois. Vrai ou faux ?

Plutôt vrai. En fait la Banque centrale de Francfort rachète 80 milliards d'euros de dette chaque mois, c'est à dire dix milliards de plus que ce qu'affirme Yannick Jadot. Il s'agit essentiellement de la dette des Etats (des dettes souveraines) et un peu de dettes des entreprises. Du coup, elle a mis énormément d'argent, de liquidités sur les marchés, ce qui revient à faire tourner la planche à billets disent certains. Depuis avril 2016, la BCE a injecté 1500 milliards d'euros pour ces rachats de titres et ça va continuer au moins jusqu'à la fin de l'année 2017. Le candidat écologiste n'est pas très loin de la vérité (à 10 milliards d'euros près chaque mois). Ce qu'il dit est plutôt vrai.

A quoi sert-il de racheter des dettes ?

C'est mécanique : ça fait baisser les taux d'intérêts. Résultat de cette politique : le coût de l'argent n'a jamais été aussi bas. Emprunter, lorsqu'on est un ménage ou une entreprise ne coute quasiment rien. Les Etats eux aussi s'endettent à très bon compte : les taux de l'emprunt français à dix ans ou du Bund, l'emprunt allemand, étaient proche de 0% il y a quelques mois. La Suisse et le Japon s'endettaient à des taux négatif, ce qui veut dire que les banques payent pour leur prêter de l'argent. L'idée de ces taux bas, c'est de relancer l'économie : c'est en tout ce que vise Mario Draghi, le président de la BCE, qu'on surnomme "super Mario". En ce moment la croissance est très molle en Europe et aux Etats unis, ces taux d'intérêts doivent inciter les entreprises à s'endetter pour investir et les particuliers à consommer. Au final l'idée c'est aussi de faire baisser le chomage.

Pourquoi Yannick Jadot craint-il une bulle financière et bancaire ?

Quand l'argent ne coute rien ou presque, on peut faire des bêtises. Les investisseurs qui cherchent à placer leur argent peuvent être tentés de chercher à faire des profits sur des placements plus risqués, par exemple l'immobilier des grandes villes, les actions dans les nouvelles technologies. Au risque que cela crée des bulles financières qui font de gros dégâts en éclatant. On l'a vu en 2008 au moment de la crise des Subprimes aux Etats Unis. Mais le propre d'une bulle, c'est qu'on ne la voit pas avant qu'elle n'éclate selon les experts que j'ai contacté. A ce stade, on ne peut donc être sur de rien.

La BCE assure d'ailleurs qu'il n'y a aucun signe de bulle. Et que si elle n'avait rien fait, la croissance serait bien en dessous du niveau d'aujourd'hui (1,6%), tout comme l'inflation d'ailleurs. Il y a un an souvenez vous on voyait arriver les premiers signes d'une déflation, une inflation négative, et on a vu au Japon les risques que la déflation pose et les difficultés pour en sortir. Mais plus ces actions de rachats de dette vont continuer, plus le risque de bulle grandit. Comme les antibiotiques, il faut parfois renoncer à certains traitements, sinon ça ne produit plus d'effet.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.