On reparle sécurité en France et coupes budgétaires qui ont fait fondre les effectifs de la fonction publique et en particulier ceux de la police.

Voilà ce qu’en disait la députée Front National Marion Maréchal Le Pen c’était sur LCI dimanche dernier :

Selon Marion Maréchal Le Pen, il y aurait en moyenne moins de policiers en France que chez nos voisins européens .

C'est plutôt vrai, du moins si on se base sur les données statistiques européennes actuelles. Car en la matière, il faut prendre beaucoup de pincettes.

Tout d'abord combien sont-ils en France ? C'est le Ministère de l'Intérieur qui fait les calculs, on compte 144 000 policiers et 98 000 gendarmes, au total donc 245 000 représentants des forces de l'ordre. Si on regarde maintenant le classement établi par Eurostat, et bien, c'est vrai que la France figure en queue de peloton en Europe : 169 policiers pour 100 000 habitants, c'est largement moins que l'Allemagne, où on en compte 298 policiers, et même deux fois moins que l'Espagne, qui affiche au compteur plus de 500 policiers pour 100 000 habitants.

La France compterait donc presque deux fois moins de policiers que l'Espagne...

Mais en fait Eurostat reconnaît une sorte de bug cette année-là. Jusqu’en 2012, la France était plutôt bien placée, en termes d'effectifs dans le peloton de tête européen.

Mais en 2013, la chute est vertigineuse dans les statistiques européennes : on passe presque du simple au double. La France qui affichait 284 policiers pour 100 000 habitants, en 2012 n'en a plus que 169 un an plus tard.

En fait les statistiques françaises envoyées cette année là ne tiennent pas compte des forces de gendarmerie, alors que les gendarmes sont pourtant intégrés au Ministère de l’Intérieur. La France vient d'envoyer des données révisées, elles sont en cours de traitement selon Eurostat , qui refait les calculs et publiera les nouveaux chiffres des effectifs de police pour la France au mois de mai.

Selon toute probabilité, ils devraient plus en ligne avec les années précédentes.

Du coup, faire des comparaisons en matière de police est très périlleux, car tous les pays européens ne comptent pas de la même façon.

Exemple : en France les services de renseignement sont comptabilisés dans les forces de l'ordre, mais pas les policiers municipaux. A l'inverse l'Allemagne intègre dans ses statistiques, les policiers fédéraux payés par le budget de l'Etat allemand, mais aussi les policiers régionaux, qui dépendent eux des Länder (les collectivités régionales) et ils sont très nombreux. Les missions ne sont pas les mêmes. Les horaires ou les budgets non plus... Or ce qui compte, ce sont les effectifs réellement sur le terrain capables de lutter contre la criminalité.

Tous les experts que j'ai contacté et même l'institut Eurostat préviennent : en matière de sécurité, comme de justice, plus que jamais comparaison n'est pas raison.

Pour aller plus loin :

> Consultez l'étude sur les effectifs des forces de l’ordre

> Consultez le classement établit par Eurostat

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.