L'euro a-t-il fait exploser les prix ?

Une personne se familiarise à l'euro avec un convertisseur en payant une baguette du pain 0.67 Euro soit 4.40 francs, le 20 juin 2001 à Epinal.
Une personne se familiarise à l'euro avec un convertisseur en payant une baguette du pain 0.67 Euro soit 4.40 francs, le 20 juin 2001 à Epinal. © AFP / Damien Meyer

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau monte au créneau pour défendre l'euro, 25 ans après le traité de Maastricht qui a lancé la monnaie européenne :

"On l'a un peu oublié, mais avant ce traité dont nous marquons les 25 ans, il y avait presque 5% de hausse des prix par an. Aujourd'hui il y en a moins de 2%. Quand il y a une inflation trop haute (ce que nous avons vécu voici plus de 25 ans) ça réduit d'autant le patrimoine des épargnants et le pouvoir d'achat des salariés et des retraités, en tout cas les plus modestes d'entre eux car ils n'ont pas moyen de bien défendre l'indexation de leurs revenus"

Les prix ont-t-ils plus augmenté avant la monnaie unique qu'après. Vrai ou faux ?

Vrai. Contrairement à une idée souvent entendue, les prix ont moins augmenté avec l'euro.

Si on regarde l'évolution de l’indice des prix à la consommation, cet indice est calculé chaque mois par l'INSEE sur la base de plusieurs milliers de produits de consommation. Il augmente chaque année mais actuellement, cette évolution est assez faible : les prix augmentent d’1,6% en moyenne depuis le passage effectif à l'euro en 2002. A l'inverse, avant l'euro, l'inflation était plus élevée comme l'affirme le gouverneur de la Banque de France. Dans les années quatre-vingt-dix, elle dépassait les 3%, 5% dans les années quatre-vingt, voire plus de 10% dans les années soixante-dix. Les prix ont plus augmenté en moyenne dans les 10 ans qui ont précédé l'euro que durant les 10 ans qui ont suivi l'arrivée de la monnaie européenne. On peut aller voir sur le site de l’INSEE pour le vérifier.

A cela, il faut ajouter que les salaires et les revenus eux aussi ont continué de grimper, malgré un coup d'arrêt très net avec la crise en 2008. L'institut d'études économiques Xerfi a fait les comptes : depuis 15 ans, malgré la crise et le chômage de masse, le pouvoir d'achat des français a tout de même augmenté de 15%. François Villeroy de Galhau a raison de dire que l'inflation est plus modérée depuis que nous avons l'euro, même s'il force un tout petit peu le trait. Avant l’euro, il faut remonter aux années soixante-dix et quatre-vingt pour atteindre 5% de hausse des prix par an.

D'où vient l'impression que les prix ont fortement augmenté avec l'euro ?

En fait, les prix n'ont pas augmenté au même rythme pour tous les produits. Certains ont beaucoup augmenté, d'autres moins, d'autres ont carrément baissé. C’est le cas de l’électro-ménager, des voitures ou des abonnements télécom. Dans le même temps, le prix des logements, les loyers, l'énergie, l'eau, les produits frais, eux ont beaucoup augmenté, or il s'agit de produits de grande consommation, voire de première nécessité qu'on achète beaucoup plus souvent.

L'euro est-il responsable des hausses de prix ?

Pas toujours par exemple si on prend les carburants, plus de 60% du prix du litre d'essence dépend de la fiscalité et des taxes. Quant au pétrole, il se négocie en dollars sur les marchés internationaux des matières premières. Rien à voir avec l'euro. Autre exemple, les produits frais, dont le prix dépend pour une bonne part des cours des matières premières sur les marchés internationaux mais aussi des aléas climatiques. Là aussi, il est difficile d’en rendre l’euro responsable.

Et la fameuse baguette de pain ?

Lors du passage à l'euro en 2002, il y a eu un effet d'aubaine, les prix ont décollé ponctuellement sur des produits de très grande consommation comme la baguette, le café. La Commission européenne chiffre ce phénomène entre 0,2 ou 0,3% durant un an, l'année qui a suivi l’arrivée de la monnaie européenne. 0,3% ça représente 30 centimes sur 100 euros. Ce n’est donc pas vraiment une explosion des prix. Certaines augmentations très visibles ont frappé les esprits. Mais ce qu'on oublie de dire, c'est que le prix de la baguette augmentait bien avant la mise en place de l'euro.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.