Le congé parental ne sera pas amélioré ! Les ministres des affaires sociales se sont prononcés sur un projet de directive européenne, plutôt généreux au départ, mais la France a bloqué.

Sous la pression de la France, le congé parental européen revu à la baisse
Sous la pression de la France, le congé parental européen revu à la baisse © AFP / MYCHELE DANIAU / AFP

Au départ, la Commission européenne propose un congé parental d'au moins 4 mois pour chacun des parents dont deux mois et demi transférable à son conjoint. Il pouvait être pris en une ou plusieurs fois jusqu’aux 12 ans de l'enfant rémunéré au moins autant qu'un congé maladie. En France cela représentait 50% du salaire initial, soit un montant moyen mensuel de 950 euros. 

A l'arrivée, le compromis adopté par les gouvernements européens prévoit que les chaque pays reste libre de fixer le montant de la rémunération.

Une application à la carte

Pour Paris, l'enjeu est surtout financier.  Les parents en congé parental sont indemnisés par la Caisse d'Allocations Familiales à certaines conditions et cette indemnisation n'est pas lié à leur salaire. Le texte européen était donc plus ambitieux. Mais aussi plus coûteux : 1 milliard 600 millions d'euros. "Potentiellement explosif" estime Emmanuel Macron qui a douché les espoirs de ses partisans.  La France n'est pas la seule à bloquer : l'Allemagne, l'Autriche ou la Pologne ont eu peur de l'addition. A l'inverse l'Espagne et le Portugal soutiennent la proposition initiale. Selon la députée européenne du groupe des Verts Karima Delli, il s'agit d'une "occasion manquée", mais elle rappelle que les eurodéputés n'ont pas dit leur dernier mot, car le parlement européen est co législateur. Elle compte bien remettre le sujet sur le tapis lorsque le texte sera examiné en commission au mois de juillet.  

Promesse de campagne d'Emmanuel Macron

Pendant la campagne le futur président avait promis la création d'un congé maternité universel, puis, une fois élu il avait érigé l'égalité homme femme en grande cause de son quinquennat. En France seul 4% des pères prennent un congé parental, contre 25% en Allemagne 45% en Islande. Des pays où ce congé est mieux rémunéré. Ce congé parental fait partie du socle européen des droits sociaux, c'est à dire l'Europe sociale défendue par Emmanuel Macron, réaffirmée au sommet de Göteborg en novembre dernier. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.