Climat, aides aux agriculteurs ou glyphosate : tous les dossiers sur la table du futur Parlement européen

Parlement européen à Strasbourg
Parlement européen à Strasbourg © AFP / PATRICK HERTZOG / AFP

Qui pour remplacer Jean Claude Juncker à la tête de la commission européenne ? Les gouvernements vont proposer un nom, en tenant compte de la majorité sortie des urnes dimanche soir, mais les eurodéputés ont leur mot à dire. C'est à eux qu'il revient d'investir le futur exécutif...  celui qui va impulser les lois européennes durant 5 ans. Cet exécutif, ils ont le droit de le censurer. Leur toute première tâche va être d'auditionner la nouvelle équipe : il y a régulièrement des personnalités recalées. Bref "ça devrait les occuper tout l'automne" prédit Sébastien Maillard, directeur de Notre Europe. 

Combien pour nos agriculteurs ? 

La PAC, c'est le gros dossier de ce début de mandat : le budget européen n'est pas voté, il va donc falloir que les eurodéputés s'y attellent. Un budget d'après Brexit. Il détermine le montant des politiques européennes pour 7 ans, c'est à dire jusqu'en 2027. Ce budget fixe notamment le montant de l'enveloppe de la PAC pour nos agriculteurs. Avec le départ des britanniques disparaît aussi la contribution du Royaume Uni. Pour la compenser la Commission européenne propose de tailler dans le budget agricole : moins 12% pour les aides directes aux agriculteurs. Moins 23% pour les aides à l'installation, le bio. Elle suggère aussi de tailler dans les aides aux régions pauvres ou encore dans le fond social européen qui alimente en France les Banques alimentaires et le Secours populaire. Que fera le Parlement ? Contrairement à ce qui se fait en France, il n'a pas le droit d'amender le budget, mais il peut sortir l'arme fatale : voter contre... Quitte à tout bloquer. 

Climat et pesticides 

Sur le climat, les eurodéputés ont fait preuve de détermination (malgré les lobbies) pour limiter les émissions de CO2 des voitures. Dans les cinq ans  à venir, ils vont devoir mettre en musique l'Accord de Paris et dire concrètement comment on atteint l'objectif de zéro carbone que l'Europe s'est fixée en 2050. La bataille sera rude sur la taxe kérosène qui pourrait frapper le transport aérien et maritime. Sur la table aussi la redevance poids lourds, bloquée au Conseil des ministres européens par la France. On va aussi reparler de l'interdiction de tous les plastiques (après l'interdiction des plastiques à usage unique). Enfin, ce sera le retour du débat sur le glyphosate, pesticide de Monsanto. Selon l'eurodéputée sortante Europe Ecologie les Verts Karima Delli, "ce sera le mandat qui l'interdit ou pas". 

Et les migrants... 

En cas de crise, l’Europe n'a toujours pas les bons outils pour faire face, mais ça c'est surtout à cause des Etats. Ils ne sont toujours pas d'accord pour réformer le règlement de Dublin. Bref de belles batailles à venir... La dernière législature a produit 1000 textes au prix de compromis parfois difficiles. En rappelant qu'aucune loi européenne ne peut se décider sans l'accord des eurodéputés, sauf en matière de fiscalité ou de politique étrangère. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.