« Austérité et lutte contre les déficits publics » avec cette déclaration de la députée écologiste Cécile Duflot sur le plateau d’i> Télé le 15 mars dernier:

« On dit qu’en Irlande, la situation s'est améliorée. Il y a presque un tiers des moins de 25 ans qui ont émigré. C'est ça qu'on veut pour l'Europe? »

Un tiers des jeunes irlandais de moins de 25 ans a émigré, affirme Cécile Duflot. Vrai ou faux?

ouvrier irlandais
ouvrier irlandais © Radio France/Frédéric Carbonne

Plutôt vrai. Depuis 2009, c'est à dire depuis le début de la crise, l'Irlande a vu partir 193 000 jeunes (ce sont les chiffres du gouvernement irlandais).

Certains ont quitté l'ile pour échapper au chômage et trouver fortune ailleurs, d'autres pour leurs études.

Si on ramène ce chiffre à l'ensemble des 15-25 ans en Irlande (un demi-million), cela représente en effet plus du tiers de cette classe d’âge, c'est même presque la moitié des jeunes qui ont quitté l'Irlande.

Voilà pour les chiffres bruts, mais ces chiffres ne tiennent pas compte des retours, après des études par exemple. Si on prend l'émigration nette (qui tient compte à la fois des départs et des arrivées), seuls 80 000 jeunes de moins de 25 ans ont quitté l'Irlande en 6 ans. Au final, cela représente moins d'un jeune sur 5.

Un jeune sur cinq : beaucoup moins que ce qu'affirme Cécile Duflot !

Effectivement, sauf que les statistiques ne permettent pas de dire si ces jeunes qui arrivent aujourd'hui en Irlande, sont de nationalité irlandaise, polonaise, américaine ou française, on va donc laisser lui le bénéfice du doute.

Si on se résume, c'est donc plutôt un Vrai pour à Cécile Duflot.

La députée sous-entend que cette émigration massive des jeunes irlandais est la conséquence des politiques européennes d'austérité.

A vrai dire, il n'y a pas qu'une seule raison. En 2008, la récession a été très violente en Irlande, elle a fait éclater la bulle immobilière. La cure d'austérité a été sévère avec des coupes dans les dépenses et des hausses d'impôts. Le gouvernement a dû accepter le plan d'aide de l'Union européenne et du Fmi (85 milliards d'euros), car son système bancaire était menacé de faillite.

Mais le pays a, depuis 2 ans déjà quitté le programme d'assistance financière européen. Aujourd'hui le Tigre celtique se remet à rugir. Depuis 2012, le chômage a chuté de 15 à 10%. La croissance est de retour. +5% l'an dernier c'est l'une des plus fortes en Europe.

Ce qui inquiète le gouvernement de Dublin, c'est que pour redécoller le pays a besoin de ses cerveaux. Or ce sont les jeunes les plus qualifiés qui ont choisi de s'expatrier. Près de la moitié de ceux qui sont partis sont des jeunes souvent diplômés. Le pari, c'est aujourd'hui de les convaincre de rentrer au bercail. Au début du mois, une vaste campagne a été lancée en Irlande, avec un site internet et un ministre de la Diaspora qui vient tout juste d'être nommé.

> Pour aller plus loin :

Le plan irlandais destiné à préparer le retour des émigrés irlandaisPopulation et Emigration en Irlande

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.