Masques obligatoires, lavage des mains, distanciation à l'école ? Coup de projecteur sur le Royaume Uni et l'Italie

"Le retour en classe des enfants est d’une importance vitale" ce sont les mots de Boris Johnson, le premier ministre britannique.  A ce stade, seule l' Ecosse a fait sa rentrée il y a quinze jours, avec ses propre normes sanitaires : pas d'obligation du port de masques, ni de distanciation sociale à l'école primaire, tandis que dans le secondaire, les plus grands sont encouragés à éviter les embrassades. Dans les établissements, les couloirs sont à sens unique, avec des arrêts pour les lavages de main. Quant aux enseignants; ils doivent maintenir 2 mètres de distance avec leurs élèves. Le conseil du gouvernement écossais (ce n'est pas une obligation) a proposé de réduire la taille des classes, mais en pratique, de nombreuses écoles ne peuvent se le permettre car trop petites pour accueillir de nouvelles classes.  

En Ecosse : "work in progress"

Dix jours après la rentrée scolaire, le bilan est très mitigé selon le quotidien britannique The Guardian : l'exécutif écossais est sous la pression des syndicats enseignants et de l'opposition, car plusieurs écoles ont dû fermer en raison de cas de Covid. Du coup, le niveau des mesures sanitaires est en voie d'être rehaussé, le port du masque est en train de devenir obligatoire dans les couloirs des établissements. Le Royaume Uni est le pays qui comptabilise le plus de morts covid en Europe et cette rentrée des classes en Ecosse est suivie de près par l'Angleterre et le Pays de Galles qui font leur rentrée la semaine prochaine. 

En Italie, des pupitres pour chaque élève ? 

Dans la péninsule italienne, où les élèves ont quitté l'école il y a six mois, contrairement à la France : le 14 septembre ce sera le grand retour en classe. Mais vue la reprise des contaminations,  l'exécutif italien ne lésine pas sur les moyens : première mesure, la plus concrète,  chaque élève élève aura son propre pupitre. 2 millions et demi de pupitres vont être livrés aux écoles d'ici octobre, mais les contrats viennent tout juste d'être attribué à onze entreprises. Du coup quand la règle d'un mètre entre chaque élève ne pourra pas être respectée, le masque sera obligatoire dès l'age de six ans ; chaque jour l'exécutif prévoit de distribuer 11 millions de masques aux élèves et à leurs professeurs, sans compter chaque semaine 170 000 litres de gel désinfectant. Pour réduire la taille des classes, le gouvernement annonce l'embauche de 80 000 enseignants en CDD. Enfin pour éviter les fermetures d'école, les cas de contamination doivent être détectés et ciblés au maximum : chaque école aura une salle  dédiée pour isoler les enfants présentant des symptômes. Les parents sont censés prendre la température de leur progéniture avant le départ pour l'école. Dans ce pays où beaucoup d'enfants sont gardés par leurs grands parents, le premier pays européen touché par la Covid en mars, le retour en classe de 8 millions d'élève est un enjeu de tout premier ordre.,

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.