Au menu : l'immigration clandestine et l'agence européenne Frontex.

Un avion à l'aéroport de Francfort, en Allemagne, le 14 décembre 2016, où 50 Afghans auraient été expulsés selon l'ONG Pro Asyl et la couverture médiatique.
Un avion à l'aéroport de Francfort, en Allemagne, le 14 décembre 2016, où 50 Afghans auraient été expulsés selon l'ONG Pro Asyl et la couverture médiatique. © Maxppp / Boris Roessler/dpa/picture-alliance

Face à l'afflux de migrants, Frontex l'agence européenne qui organise la surveillance des frontières extérieures de l'Europe a été réformée. Ses moyens ont triplé mais le député européen Les Républicains Brice Hortefeux dénonce le manque d'implication de la France.

"La France malgré les coups de menton et les effets de biceps ne remplit pas suffisamment son rôle. Un exemple : depuis le 1er janvier il y a eu 33 opérations de retour d'immigrés illégaux coordonnés par Frontex, la France n'a participé qu'à 6 alors que par exemple l'Allemagne a participé à 22."

La France participe 4 fois moins que l’Allemagne aux expulsions de migrants illégaux Frontex. Vrai ou faux ?

C’est plutôt vrai. en tout cas sur le constat, mais les chiffres ça se discute. Brice Hortefeux évoque l’une des missions de Frontex : les opérations de reconduites à la frontière de l'Union européenne. Chaque année Frontex organise avec la France, l’Allemagne, ou la Belgique des vols charters pour expulser vers leur pays les immigrés clandestins ou les déboutés du droit d'asile. J'ai contacté l'agence à Varsovie : depuis le 1er janvier -chiffres arrêtés au 13 février- Frontex a organisé 27 charters retour : 5 avec la France et 11 avec l'Allemagne. C’est donc moitié moins que le chiffre cité par Brice Hortefeux. Mais c’est vrai que Paris participe beaucoup moins à ces vols retours européens que Berlin.

Comment s'explique cette différence ?

Les vols Frontex ne représentent qu'une petite partie des mesures d'éloignement de migrants clandestins en Europe. L’an dernier à peine une personne expulsée sur 10 l’a été avec le concours de l’agence européenne selon le rapport annuel 2017 de l'agence européenne. L'écrasante majorité des retours forcés est organisée par les pays eux-mêmes. Par exemple la France : plus de 15 000 reconduites à la frontière l’an dernier, mais à peine une dizaine de vols Frontex. Donc se baser uniquement sur ces chiffres ce n'est pas très représentatif.

La France continue t elle à expulser massivement à la frontière ?

Le flux des reconduites s’est beaucoup ralenti l’an dernier. Certains centres de rétention d’immigrés clandestins sont fermés comme celui d’Hendaye à la frontière espagnole. La priorité c’est la lutte contre le terrorisme. Les forces de police se concentrent sur des missions de sécurité, de surveillance des frontières.Si je résume, Brice Hortefeux a raison de dire que la France participe beaucoup moins que l’Allemagne aux opérations de Frontex pour expulser les migrants clandestins. Les reconduites à la frontière sont en baisse, c’est donc plutôt un vrai pour Brice Hortefeux.

A quoi sert Frontex ?

On a tous vu les bateaux de migrants clandestins en méditerranée. La politique européenne est sans ambiguïté : il s'agit de patrouiller avec l'idée d'empêcher les arrivées en mer, mais aussi d'aider à reconduire les migrants chez eux, lorsqu'ils ont épuisé tous les recours pour trouver asile légalement. Or le contrôle des frontières est une prérogative des gouvernements. L’agence Frontex n'est là qu'en soutien pour coordonner leurs actions. Si un pays refuse l'intervention des garde-frontières européens, Frontex ne peut pas passer outre. C'est au bon vouloir de Berlin, Paris ou Athènes... et il faut une décision du Conseil ou siègent les 28 pour faire plier un pays. Le principal souci, de l'aveu même de Frontex, c’est que le strict contrôle des frontières ne résout rien sur le long terme. Pas plus que les retours forcés. Tant que la guerre qui ravage la Syrie continuera, les incidents et les polémiques continueront.

Pour aller plus loin :

Asile, immigration, libre circulation en Europe : le blog du chercheur Yves Pascouau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.