Tour d'horizon de la situation sur le front de l'emploi dans l'Union européenne

16 millions de chômeurs en Europe. 

La France fait partie des pays où le chômage reste élevé : 4ème pays le plus touché derrière la Grèce, l'Espagne et l'Italie. Cela dit il y a de grosses différences d'un bout à l'autre du continent : 16 points séparent les pays proches du plein emploi  (Allemagne, Pologne, Malte Pays Bas) voire 

la République tchèque, record du plus faible taux de chômage selon Eurostat 

En Tchéquie on compte 133 000 chômeurs (2,8% de la population active). Suivent les pays dont les performances sont largement supérieures à la moyenne européenne : le Royaume Uni, la Roumanie, l'Autriche ou le Danemark. 8 pays sont pile dans la moyenne comme la Suède, la Belgique ou le Portugal.  

Enfin six pays sont à la traîne, dont la France. En queue de peloton, les pays au sud de l'Europe qui connaissent toujours un chômage de masse : 19% de chômeurs en Grèce, un pays qui reste très marquée par la crise. 

Le chômage baisse-t-il partout en Europe ? 

Depuis 2 ans, il baisse absolument partout. Particulièrement là où le chômage a frappé le plus durement : 2 points de moins en Grèce, en Italie et au Portugal. Dans la zone euro, il faut remonter à 2008 pour trouver un taux de chômage aussi bas, même  si ce n'est pas encore tout à fait les niveaux d'avant la crise financière.  

Point noir : le chômage des jeunes 

19%, c'est le taux de sans-emploi chez les moins de 25 ans en moyenne dans l'UE, c'est deux fois plus que chez leurs ainés, si on exclut les étudiants. Là aussi les différences sont très marquées entre l'Allemagne où le chômage des jeunes est très bas et la Grèce, 40% de jeunes sans travail, l'écart va de 1 à 5. Malgré la reprise, le chômage de longue durée continue de battre des records chez les jeunes. Aider cette génération, c'est l'une des priorités absolues en Europe : depuis 2012,  les 28 se sont dotés d'une Stratégie européenne pour la jeunesse qu'ils vont renouveler en novembre prochain. Quant au prochain budget sur 7 ans, il prévoit de doubler les crédits pour le programme Erasmus. Sans compter la garantie jeunesse européenne pour les plus fragiles sans emploi ni formation. Des crédits que le Parlement européen souhaite voir encore augmenter l'an prochain. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.