Les inégalités qui baissent en France : c'est ce qui ressort d'un rapport de l'Insee paru cette semaine.

Le ministre des Finances Michel Sapin était interrogé par nos confrères d'Europe 1 mardi dernier :

D’après Michel Sapin, la France est quasiment le seul pays où les inégalités ont baissé : vrai ou faux ?

Faux. Si on se base sur les données compilées d'Eurostat, les inégalités augmentent dans l'Union européenne, mais c'est une moyenne.

Dans le détail, si on compare, comme Michel Sapin, le niveau des inégalités en 2007 -c'est-à-dire avant la crise- et les inégalités en 2013, force est de constater que les écarts de revenus se réduisent chez un grand nombre de nos voisins.

Très exactement dans la moitié des pays de l'Union européenne : 14 pays sur 28. C'est notamment le cas aux Pays-Bas ou en Pologne. On ne peut donc pas dire que la France fait figure d'exception en Europe. C'est donc un « faux » pour Michel Sapin.

Depuis 2012, les inégalités se sont-elles réduites comme l'affirme Michel Sapin?

Vrai. Les écarts entre les plus riches et les plus pauvres se sont réduits. C'est l'INSEE qui le dit dans ses chiffres de 2013.

Pour les familles les plus modestes, le niveau de vie augmente, mais surtout, à l'autre bout de l'échelle chez les plus riches, c'est le contraire : le niveau de vie baisse fortement.

Jamais la réduction des inégalités n'a été aussi forte depuis près de 20 ans. En 2013, on a même retrouvé le niveau d'avant la crise.

Mais déjà, en 2012, la courbe s'était inversée. Or, 2012, c'est quelques mois à peine après l'arrivée de la gauche au pouvoir. Un peu rapide pour produire les effets d’une politique.

Michel Sapin se réjouit des bonnes nouvelles, on le comprend, mais ce n'est pas à mettre uniquement au crédit de la politique de la gauche.

Les inégalités ont certes baissé depuis 2012, mais quelle est la vraie part du gouvernement dans cette baisse ?

Si le niveau de vie des plus pauvres s'améliore un peu, c'est dans le cadre du plan pauvreté : le RSA, les aides au logement ont été revalorisés.

A l'autre bout de l'échelle, les revenus des plus riches ont baissé. C'est un peu dû aux hausses d'impôt du gouvernement (le plafonnement de l'avantage fiscal pour les familles, notamment).

Mais surtout, c’est dû à la conjoncture : les revenus du patrimoine ont beaucoup baissé (les dividendes par exemple).

Or ces revenus représentent chez les plus riches une part beaucoup plus importante que dans le reste de la population.

Et ça le gouvernement n'a pas grand-chose à y voir.

Bref si les inégalités reculent c'est davantage par le haut que par le bas. Pas sûr, donc, que les 8 millions et demi de Français pauvres aient vraiment senti la différence.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.