Branle bas de combat avant l'entrée en application le 25 mai

Facebook adapte ses règles de confidentialité aux nouvelles normes européennes
Facebook adapte ses règles de confidentialité aux nouvelles normes européennes © AFP / Lionel BONAVENTURE / AFP

Si vous êtes abonnés à Facebook, Twitter, ou même Whats app vous avez sans doute reçu ces jours ci un message informant sur de nouveaux paramètres de confidentialité. Les géants du numérique se préparent à appliquer ce nouveau réglement européen sur la protection des données personnelles, le RGPD

A partir du 25 mai  toutes les entreprises , les PME comme les multinationales, mais aussi les administrations publiques vont devoir appliquer de nouvelles garanties. Ca vaut aussi pour les géants américains ou chinois du numérique, Google ou Alibaba. Seul critère, que leur client soit européen.  

De nouvelles règles pour les entreprises ?  

toutes les entreprises seront obligées de vous dire quelles sont les données collectées, comment elles sont utilisées et comment elles sont sécurisées.  A l'avenir un site devra obtenir votre accord écrit et expresse, pas question de cocher une simple case.   Chacun disposera d'un droit à l'oubli pour faire disparaître ses données. Vous aurez aussi un droit de transfert de vos données si vous changez de services et d'entreprises.  Enfin si un site a été piraté et vos données perdues, les entreprises ont l'obligation de vous prévenir sous 72 heures.  

Andrus Ansip, commissaire européen chargé du marché numérique, détaille le nouveau réglement. 

Que pèsent ces règles européennes face aux géants du numérique  ?   

Jusqu'ici les pénalités étaient légères (150 000 euros en France), désormais les sanctions sont beaucoup plus lourdes en cas de violation du réglement : jusqu'à 20 millions d'euros ou 4% du chiffre d'affaire mondial. C'est la CNIL qui sera faire  respecter le nouveau réglement en France. Face aux géants du numériques, "le vent est peut être en train de tourner, on ne pourra plus faire n'importe quoi", assure la commission européenne en rappellant que le droit à la protection des données est un droit fondamental en Europe.  

Des obstacles    

d'abord les entreprises avaient deux ans pour se préparer, mais les 2/3 ne sont pas prêtes.  Quant ayx législations nationales elles aussi sont à la traîne : à ce stade seuls 4 pays sur 28 ont adapté leur loi (l'Allemagne, l'Autriche, la Suède et la Slovaquie). En France, le parlement met les bouchées doubles pour que tout soit prêt à temps pour le 25 mai.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.