Par Delphine Simon

Philippe Martinez
Philippe Martinez © HOTO WITT / POOL / MAXPPP France / HOTO WITT / POOL / MAXPPP France

C'est l'homme de la semaine. Philippe Martinez interrogé lundi sur Canal Plus, le leader de la CGT a commenté le nombre de jours de grève plus élevé en France qu'en Belgique. C’est une Question de syndicalisme a répondu Philippe Martinez…

Ce n’est pas la même culture du dialogue et de la négociation, ce n’est pas la même conception du syndicalisme. En Belgique par exemple, il y a un syndicalisme qu'on dit de service : il vaut mieux être syndiqué si on veut toucher le chômage, la retraite. Ce n’est pas le cas en France.

__

La France n'a pas la même culture du syndicalisme que chez nos voisins belges ? C'est vrai ou c'est faux ..

C'est vrai, en France, adhérer à un syndicat n'apporte que très peu d'avantages spécifiques, alors qu'en Belgique, en Suède, au Danemark et en Finlande, l’adhésion à un syndicat conditionne l’accès à des prestat²ions sociales importantes (comme l’assurance-chômage et l’assurance-maladie). Dans ces pays le taux de syndicalisation est du coup beaucoup plus élevé que chez nous : en Belgique, un salarié sur 2 est syndiqué, en Suède les 3/4, au Danemark et en Finlande, c'est environ 70% des salariés. En comparaison avec ses 27 partenaires, la France, elle est avant-avant dernière... la moyenne européenne s'établit à 23% contre 11 en France !

Philippe Martinez parle aussi d’une culture de la négociation différente… Y a – t –il un lien entre le taux de syndiqués et le nombre de jours de grève ?

__

La France n'est pas championne d'Europe des jours de grève, mais elle n'en est pas très loin. Nous sommes devancés et de très loin par Chypre et le Danemark. L'institut des syndicats européens a fait les comptes. Il dénombre en France 80 jours de grève, en 2013 pour 1000 salariés du privé et du public, c'est bien plus qu'en Belgique, en Allemagne,

en Finlande... ou dans les pays de l'Est. En France, le nombre de jours de grève est 2 fois plus élevé que la moyenne européenne... Il nous manque cette culture du dialogue et de la négociation, dont parle Philippe Martinez, en France, on serait plutôt dans la culture du conflit... c'est d'ailleurs ce que confirme une étude récente du Trésor : "les pays dans lesquels les taux de syndicalisation sont les plus élevés connaissent un dialogue social apaisé, plus propice au débat, notamment lorsqu'il s'agit des réformes".

En France, comment les salariés ont-ils accès à ces avantages s'ils ne sont pas syndiqués ?

A vrai dire, 90% sont couverts par une convention collective. c'est l'un des taux les plus élevés des pays de l'OCDE, une spécificité françaises, autrement dit, tous les salariés, bénéficient des accords négociés par les syndicats, y compris, s'ils ne sont pas adhérents... Les syndicats eux non plus ne sont pas incités à développer les adhésions, car ils sont essentiellement financés par l'Etat, les organismes paritaires et les employeurs. Pour stopper l'érosion de leurs adhérents en chute libre depuis 30 ans, les principales confédérations syndicales réfléchissent aujourd'hui à un syndicalisme de service à la française.

Et pour aller plus loin…

Combien de syndiqués en Europe ?

http://www.clesdusocial.com/les-taux-de-syndicalisation-en-europe

Combien de jours de grève en Europe ? L’étude de l’Institut des syndicats européens

http://www.etui.org/fr/Themes/Renouveau-syndical-et-mobilisation/Strikes-in-Europe-version-2.1-January-2015

L’étude du Trésor sur le syndicalisme de service

http://www.tresor.economie.gouv.fr/9499_tresor-eco-n129-la-syndicalisation-en-france-paradoxes-enjeux-perspectives

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.