La Commission réclame t elle la réforme du code du travail ?

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT reçu le 23 mai 2017 par le Président de la République avec des propositions de code du travail.
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT reçu le 23 mai 2017 par le Président de la République avec des propositions de code du travail. © Maxppp / Aurelien Morissard/IP3 PRESS

On revient sur l'acte 1 des réformes Macron. Les concertations démarrent entre les syndicats et le gouvernement d'Edouard Philippe pour réformer le code du travail. Bercy reçoit de son côté les fonctionnaires avec en ligne de mire 120 000 postes en moins sur le quinquennat. Jean Luc Mélenchon, candidat la France Insoumise aux législatives s'interroge sur les marges de manœuvres du gouvernement.

"Ca va faire moins de policiers, moins d'instituteurs. Monsieur Macron et son gouvernement vont appliquer la feuille de route fixée par la Commission européenne. C'est un gouvernement qui n'a pas de marges de manoeuvre, d'imagination. Ils appliquent. La Commission demande à tous les gouvernements de baisser les dépenses publiques alors que celles ci sont le premier levier de la croissance".

Le gouvernement applique la feuille de route de la Commission. Vrai ou faux ?

Plutôt faux. Chaque année au printemps le collège des 28 commissaires, envoie à chacun des 28 gouvernements européens ses recommandations économiques. L'objectif est de mieux coordonner les politiques entre les pays. Cette année la Commission formule 4 recommandations pour la France. au chapitre France on trouve bien sûr l'obligation de parvenir sous les 3% de déficit public ou "la consolidation des mesures de baisse du coût du travail", en d'autres termes la transformation du crédit impôt compétitivité emploi en une baisse définitive des cotisations sociales. Rien en revanche sur la réforme du code du travail voire sur la suppression de postes de fonctionnaires. C'est donc plutôt un faux pour le candidat de la France insoumise.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.