La ponctualité des TGV en baisse continue depuis 4 ans selon la SNCF. Elle est tombée à 87,9% l'an dernier. En cause la grève au printemps, la neige en hiver, les problèmes d'électricité à la gare Montparnasse de Paris cet été. Tour d'Europe de la ponctualité des chemins de fer.

Champions d'Europe de la ponctualité les trains suisses et estoniens.
Champions d'Europe de la ponctualité les trains suisses et estoniens. © Getty

La France est en queue de peloton, 87,9% des TGV sont à l'heure. Ce sont les TGV et les Intercités qui sont le plus en retard, en particulier aux heures de pointe. Chez nos voisins les trains longue distance les plus fiables sont les allemands et les italiens, deux des réseaux ferroviaires les plus étendus d'Europe. Ils sont moins fiables cependant que les autrichiens, les néerlandais et les danois. Sur de plus petites distances, les trains baltes sont les plus ponctuels : 99% de ponctualité pour les champions d’Europe, les estoniens.

Des différences d'appréciation

En France le TGV est considéré à l'heure si son retard ne dépasse pas les 5 minutes pour un trajet de moins d'une heure et demie. Pour un trajet de 3 heures, le train n'est considéré comme en retard qu'à partir de 15 minutes. Ces critères sont moins larges pour les trains hongrois, considérés en retard dès la première seconde... en Suisse, à partir de 3 minutes de retard et si les correspondances ne sont assurées. 

Les trains suisses très ponctuels 

89% des voyageurs en Suisse arrivent à l'heure à bon port : près de 9 voyageurs sur 10. En France sur 138 million de passagers en 2017, près de 31 millions sont arrivés en retard de 5 minutes. Explications : le matériel roulant est plus moderne. La plupart des lignes ont des horaires cadencées, tous les quart d'heure, ce qui garantit une fréquence élevée. En France le réseau tente de résoudre un problème de vétusté, il y a souvent des travaux, ça ralentit aussi le temps de parcours. Cela dit la ponctualité suisse est toute relative si on la compare avec celle des trains japonais : les champions du monde, Japan Rail  concède un retard moyen de .... 6 secondes

Quelles conséquences ?

Le coût économique : un milliard et demi d'euros par an de perte. En France, 11 millions sept cent mille minutes perdues pour les voyageurs en 2017 et ça va de pair avec un mécontentement qui augmente dans l'hexagone : le dernier baromètre européen sur la question place la France en tête du hit parade des clients insatisfaits de leurs conditions de voyage en train.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.