Alors que la réforme de l'assurance chômage entre en vigueur ce 1er novembre, tour d'horizon des conditions d'indemnisation chez nos voisins

Chômeur dans la rue à Grenade en Espagne
Chômeur dans la rue à Grenade en Espagne © AFP / DANIEL THIERRY / PHOTONONSTOP

L’assurance chômage en France est l’une des plus généreuses, mais sur un seul point : la durée de cotisation. Aujourd’hui il faut travailler 4 mois pour pouvoir toucher une indemnisation. A partir du 1er novembre, il faudra cotiser 2 mois de plus, 6 mois au total, autant qu’en Suède, au Pays-Bas, au Luxembourg ou encore en Finlande. En Belgique, il faut travailler au minimum 8 mois au cours des 3 dernières années. L'Allemagne est encore moins souple : un an au cours des deux dernières années. Seul le Danemark n'a pas de durée minimum, mais il y a un minimum de salaire. 31.000 euros au cours des trois dernières années.

Le montant de l'allocation chômage dans la moyenne européenne  

Les cadres exceptés, la France n'est pas la plus généreuse en Europe. Comme ailleurs un chômeur ne touche qu'une partie de son ancien salaire. En France, ce taux baptisé "taux de remplacement" est en moyenne de 62%. À peu près le même niveau que celui de l’assurance chômage en Allemagne et au Portugal. D'autres pays sont beaucoup plus généreux. Par exemple le Danemark, pays où le chômeur touche 90% de son ancien salaire, en Italie cela représente les 3/4 des derniers salaires Deux exceptions : l'Irlande et le Royaume Uni, où  l'allocation est la même pour tous, que l'on soit ingénieur ou serveur : il s'agit d'un forfait qui peut aller jusqu’à 800 euros en Irlande, 300 euros par mois chez nos voisins britanniques. Sauf qu'au Royaume Uni comme dans d'autres pays, les chômeurs bénéficient d'aides spécifiques (aides au logement, pour la garde d'enfants) et ils payent souvent moins d'impôt, rappelle une Note du Trésor. Certains pays tiennent compte de la situation familiale du chômeur, avec un enfant à charge, son allocation est plus élevée : c'est le cas en Allemagne, au Portugal et en Belgique. 

En France, le calcul des allocations ne tient pas compte de la situation familiale et il n'y a pratiquement aucune aide spécifique pour absorber le choc du chômage rappelle l'Unedic. C'est dire toute l'importance de l'allocation chômage qui est versée en France... 

Sauf que la France indemnise plus longtemps ... sans dégressivité 

La durée d'indemnisation est longue : 2 ans, voire 3 ans pour les plus de 55 ans. Mais ce n’est pas une exception ; au Danemark, en Finlande mais aussi en Espagne et en Italie, l’Etat indemnise aussi longtemps. En Belgique, il n'y a pas de limite dans le temps, mais au bout de 4 ans de chômage, l'indemnité est réduite à un forfait. Si je résume, la France n'a pas le système le plus généreux d’Europe. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.