Frédéric Métézeau s'intéresse à une proposition du candidat François Fillon : augmenter le temps de travail des fonctionnaires pour le passer de 35 à 39 heures hebdomadaires.

Bruno Retailleau admet s'être trompé dans ses déclarations
Bruno Retailleau admet s'être trompé dans ses déclarations © Maxppp / Jérôme Fouquet

Un projet critiqué par Alain Juppé, pendant la campagne, infaisable selon lui, car les fonctionnaires travaillant 39 heures resteraient payés 35. Mais un proche de François Fillon est persuadé que c'est nécessaire, que c'est possible et que les syndicats de la fonction publique ne sont pas arc-boutés. Ce proche, c'est Bruno Retailleau, sénateur Les Républicains et président de la région des Pays de la Loire depuis un an. Il explique que lui y est arrivé :"Je suis arrivé moi à la région Pays de la Loire, les agents publics étaient payés 35 heures mais faisaient 33 heures. Ils font désormais 35 heures. Mais vous savez, ce sont des gens qui comprennent parfaitement et ils sont responsables."

Passer de 33 heures à 35 heures, ce n'est pas passer de 35 à 39, mais c'est un premier pas. Mais Bruno Retailleau a-t-il a vraiment réussi à augmenter comme ça le temps de travail de ses agents publics ?

Les fonctionnaires de la région Pays de la Loire travaillaient-ils vraiment 33 heures par semaines ?

C'est faux. Ils travaillaient précisément, selon les décomptes horaires fixés par leurs textes conventionnels : 34 heures 42 minutes et 30 secondes. Les propos de Bruno Retailleau ont choqué les représentants CGT et CFDT au sein du conseil régional qui ont écrit à leurs collègues : la CGT craint que cela "ne donne l'impression à la population d'une mise au pas des fonctionnaires". La CFDT dénonce "des déclarations tonitruantes, une posture médiatique autour d'un simple chiffre agité comme un chiffon rouge".

Bruno Retailleau a écrit aux représentants syndicaux, une réponse en trois points :

  1. il explique qu'il répondait à des questions de journalistes. C'est classique, c'est de bonne guerre ;
  2. il met en avant le sens des responsabilités des personnels et salue leurs efforts. Ça fait toujours bien quand l'on veut dépassionner ;
  3. et c'est assez rare chez un politique, il reconnaît son erreur : "au milieu d'une semaine particulièrement dense, mes propos ont manqué d'exactitude et de justesse. Il n'était pas exact d'indiquer qu'il s'agissait d'un effort de deux heures par semaine, je le reconnais sans ambiguïté aucune".

Comment Bruno Retailleau a-t-il allongé le temps de travail de ses agents ?

Il a supprimé ce que l'on appelle "les jours du président", deux jours de congés accordés aux fonctionnaires par le président de la région, un peu comme la journée du maire dans les communes. Bruno Retailleau n'a donc pas eu à négocier avec les syndicats, puisque ces deux jours sont à sa discrétion, il a juste cessé de leur accorder. On est encore loin du volontaire thatchérien du programme de François Fillon. Ces deux jours du président, ces deux jours gracieux accordés gracieusement aux fonctionnaires du conseil régional, avaient été instaurés par un lointain prédécesseur de Bruno Retailleau qui s'appelait... François Fillon !

Programmation musicale

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.