François Fillon est-il vraiment à l'origine de l'arrivée d'Internet en France ?

De 1995 à 1997, François Fillon est ministre délégué à la Poste, aux télécommunications et à l’Espace. Et donc, à l’époque, il a dans son périmètre France Télécom, entreprise publique qui a le monopole des télécommunications. Et effectivement, comme ministre délégué sous l’autorité du ministre Franck Borotra, il porte la loi du 26 juillet 1996 qui vise à ouvrir la concurrence dans les télécommunications. Le texte, assez complexe, est à retrouver sur legifrance.grouv.fr ou sur le site de l’ARCEP, l’autorité de régulation des communications.

Et que dit cette loi ?

Que le marché des télécommunications sera ouvert à la concurrence le 1er janvier 1998, télécommunications cela veut dire appels téléphoniques et transfert de données et donc à terme concurrence entre fournisseurs d’accès à internet.

Donc François Fillon dit vrai ?

Oui, c’est bien la loi Fillon qui a ouvert le marché d’internet à la concurrence. Mais on rappellera au candidat de droite, à l’époque eurosceptique, qu’il s’agissait de la transcription obligatoire d’une directive européenne.

Oui, la gauche a voté contre en 1996 mais de retour au pouvoir un an plus tard après la dissolution, elle n’est pas revenue sur le texte, l’ouverture à la concurrence a bien eu lieu et même la gauche est allée plus loin puisque sous la houlette de Lionel Jospin et Dominique Strauss-Khan elle a ouvert le capital de France Télécom et mis en place le nouveau statut pour les nouveaux salariés de l’entreprise.

Cela veut dire que François Fillon fait de la com’ sur le dos des télécom’ ?

Absolument ! Que François Fillon soit un bon connaisseur du numérique et un utilisateur fidèle des tablettes et smartphones, c’est une certitude. Qu’il ait eu très tôt conscience du potentiel d’internet, aussi. Il suffit pour cela de relire son interview dans Libération le 3 novembre 1995, assez visionnaire il faut le dire sur certains points comme la vidéo à la demande, les podcasts. Mais j’ai aussi retenu cette phrase un peu moins visionnaire « le minitel n’est pas mort ». Pour revenir à ces propos tenus à Las Vegas, François Fillon a donc une vision partielle de l’histoire, lui et d’autres ont levé les freins au développement d’internet et surtout, il se paie les fonctionnaires au-détour d’une petite phrase. Rappelons que France Télécom a compté dans ses rangs quantité d’ingénieurs ou ouvriers qui ont développé la télématique en France et installé les réseaux de cuivre qui ont permis l’arrivée de l’internet rapide, vous savez l’ADSL au début des années 2000. L’arrivée du haut-débit pour le plus grand nombre à tarif raisonnable est donc due en partie à François Fillon, en partie aux fonctionnaires de France Télécom et en partie à beaucoup d’autres !

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.