Le cimétière de Montrouge
Le cimétière de Montrouge © Philippe Servent / Philippe Servent

Ouvrez les yeux en allant vous recueillir sur la tombe d'un proche, vous pourriez repérer de drôles de symboles. Le reportage de julie Pietri au cimetière de Villiers-sous-Grez, en Seine-et-Marne.

Des flashscodes, ces symboles pixelisés, en noir et blanc que l'on trouve par exemple dans certains musées. On approche son portable, le symbole est detecté et transmet sur notre téléphone des informations variées : l'histoire d'une peinture par exemple. Ces flashscodes entrent désormais au cimetière.

L'entreprise Adangélis a été lancée en septembre. Elle a déjà une centaine de clients. Pour l'instant, leurs flashscodes contiennent des textes et des photos mais ni vidéo ni son car selon leurs fondateurs Jean-Pierre Gaudel et Antoine Monnier, "le bruit, ce n'est pas très adapté dans un cimetière." Les Flashscodes sont aujourd'hui commercialisés sur internet et dans les pompes funèbres.

Tanguy Châtel est sociologue, spécialiste des questions de fin de vie : selon lui, pourquoi ne pas imaginer dans quelques années des hologrammes sur les tombes ou des écrans intégrés, qui projettent sur le granit des images du défunt. Là, on entrerait "dans une dimension pathologique" qui empêcherait les vivants de faire leur deuil.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.