Après un été endeuillé par les tueries de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray, la sécurité des écoles est renforcée. Reportage à l'école Ohr Torah, visée en 2012 par Mohamed Merah.

Les abords de l'école Ohr Torah ont été sécurisés
Les abords de l'école Ohr Torah ont été sécurisés © Radio France / Stéphane Iglesis

De l'extérieur, que ce soit l'école primaire Gan Rachi, le collège-lycée Ohr Torah ou le lycée ORT, à Colomiers, on a l’impression de se trouver face à des casernes. "Nous avons réalisé des travaux de sécurité depuis 2012 pour rendre notre établissement hermétique à toute entrée intérieure", explique Jonathan Raynaud, directeur des études de l'école. "Mais à l'intérieur, c'est un établissement comme les autres".

"Ca rassure les parents, les professeurs, mais aussi les élèves, qui sont des collégiens, des lycéens, qui sont bien conscients de ce qu'il se passe dans notre pays".

La sécurité des écoles juives est un souci de sécurité constant depuis au moins 15 ans. "Nous avons commencé par des agents de sécurité, puis nous avons mis des caméras à l'entrée", raconte René Ben David, président de l'ORT, qui accueille notamment des lycées et des élèves de BTS.

"Mais ce n'était pas encore contre le terrorisme, c'était contre la délinquance. Suite à l'attaque d'Ohr Torah, nous avons fait un audit de sécurité et monté des murs un peu partout. Lorsqu'on est dehors, on ne voit rien de ce qu'il se passe à l'intérieur".

Ainsi, à l'école Ohr Torah des parents volontaires assurent des permanences le matin lors de l’entrée des enfants, c’est le dispositif "parent protecteur". Malgré tout, les attentats de 2012 ont eu une autre conséquence : l’école Ohr Torah est passée de 220 élèves en 2012 à 140 cette année du collège au lycée. Quant à l’école primaire, elle a une vingtaine d’élèves en moins.

Ce qui est sûr c’est que ces établissements confessionnels juifs peuvent donner aux établissements publics des conseils avisés en matière de sécurité, y compris pour les exercices de confinement en cas d’attaques, déjà réalisés depuis 4 ans.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.