Le 29 juin dernier, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, les deux journalistes de France 3, étaient libérés après 547 jours de captivité en Afghanistan. Une issue heureuse qui ne doit pas faire oublier la situation des neuf autres otages français actuellement détenus dans le monde : trois humanitaires au Yémen, 4 salariés de la société Areva et d'une société sous-traitante, un agent des services secrets ainsi que le soldat franco-israélien, Gilad Shalit, le plus ancien en captivité depuis plus de 5 ans.

Nour-Eddine Zidane

otages
otages © Radio France

La vidéo date de septembre 2009, assis sur une chaise, Gilad Shalit apparait les yeux cernés. Il y lit un texte un journal à la main, devant un grand mur blanc. Impossible donc de localiser précisément le jeune homme de 25 ans enlevé le 25 juin 2006 par un commando de trois groupes armés palestiniens de Gaza, dont les brigades Al-Qassam liées au Hamas. Sur ce film, dernière preuve de vie de Shalit. Il dit attendre avec impatience sa libération. Une libération conditionnée à un échange avec un milier de prisonniers palestiniens, mais les négociations avec Jérusalem patinent. A l'occasion des cinq ans de captivité de son fils, Noam Shalit confiait sa grande inquiétude au micro de Fleur Sitruk .

C'est pourquoi, début juin, les parents de Gilad Shalit ont déposé une plainte devant le tribunal de grande instance de Paris, pour enlèvement et séquestration. Deux juges d'instruction ont été désignés et pourraient procéder aux premières auditions à la rentrée. Une action qui d'après l' avocat de la famille Shalit, Patrick Klugman, n'est pas que symbolique.

Au Sahel, c'est AQMI (Al Qaida au Maghreb Islamique) qui a revendiqué l'enlèvement de sept employés d'Areva et d'une société sous-traitante sur un site d'extraction d'uranium, au nord du Niger. Trois ont été relachés en février mais quatre sont toujours retenus : Daniel Larribe, Thierry Dol, Marc Feret et Pierre Legrand...

Voilà un mois. Nicolas Sarkozy a annoncé le retrait d'un quart de ces troupes d'ici fin 2012. "Cela va dans le bon sens" d'après René Robert, le grand-père de Pierre Legrand, des familles auteur d'un communiqué commun à la mi juillet pour les 300 jours de captivité.

Jean-Louis Normandin, ex-otage au Liban entre 1986 et 1988, est le président de l'association "Otages du Monde".

Depuis, les familles ne souhaitent plus s'exprimer, on ne veut pas mettre en péril les négociations.

Même attitude pour les proches des trois humanitaires de l'association "Triangle Génération humanitaire". Deux femmes et un homme dont l'identité n'a pas toujours filtré, disparus le 28 mai dernier à Seyoun, à 600km à l'est de la capitale Sanaa. Une source tribale indique qu'ils seraient aussi aux mains de membres d'Al Qaida, réclamant une rançon de 12 millions de dollars. Une rumeur pour le Quai d'Orsay qui ne souhaite pas commenter et privilégie la discrétion, y compris pour Denis Allex, pseudonyme de cet agent de la DGSE, détenu lui par des islamistes en Somalie, ce que confirme l'ancien diplomate Noel Saez.

"On a du mal à avoir les bons interlocuteurs" reconnait d'ailleurs Gérard Longuet, le ministre de la Défense au sujet de cet agent détenu depuis le 14 juillet 2009.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.