Christian Boltanski a aujourd’hui 65 ans. Et il va bientôt commencer son « œuvre ultime », une œuvre très particulière autour de sa propre mort. Toute l'oeuvre de Christian Boltanski est hantée par la mort, la perte, « la mémoire affective »... Avec des choses très simples, des photos, des vidéos, des vêtements, toutes sortes d'objets quotidiens, il lutte contre l'oubli, il questionne l'absence. Et il y a quelques temps, Christian Boltanski a rencontré un collectionneur fou. Il s'appelle David Walsh, il vit en Tasmanie et il est très riche, grâce à une fortune gagnée au casino, parce qu'il ne perd jamais. Ce collectionneur aussi est très habité par l'idée de la mort. Il a d'ailleurs des momies égyptiennes chez lui. Et il a décidé d'acheter « l'oeuvre ultime » de Christian Boltanski. Cette œuvre, ce sera la vie de Christian Boltanski, filmée dans son atelier jusqu'à sa mort. Drôle ou sordide ? Visite de l'atelier plutôt désordre de Christian Boltanski, à Malakoff (reportage). Aujourd'hui, Christian Boltanski collectionne des enregistrements de battements de milliers de cœurs humains, qui seront conservés dans une bibliothèque des cœurs, dans une île de la mer du Japon. Christian Boltanski se prépare aussi à investir le Grand Palais à Paris pour Monumenta 2010, en janvier. ____Un reportage signé Isabelle Pasquier.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.