Depuis hier, il est interdit de fumer dans les bars, cafés et restaurants en Angleterre. Dans 6 mois exactement, cette loi s'appliquera aux 177 000 établissements français. Les professionnels sont-ils inquiets ? Sont-ils prêts ? 6 mois après l'entrée en vigueur de la loi interdisant le tabac dans les lieux publics, y a t-il une évolution des comportements face à la cigarette ? Katia Bitsch s'est interrogée sur cette question et a mené l'enquête auprès des restaurateurs, cafetiers et professionnels du narguilés en province et à Paris. Dans ce restaurant alsacien, des nappes rouges et aucun cendriers. Rien de surprenant, nous sommes dans un établissement non fumeur ! Laurent Reeb, n'a pas attendu l'entrée en vigueur de la loi pour interdire le tabac. Un choix judicieux ! En deux ans son chiffre d'affaire à progressé de 15%. Récemment, l'association droit des non fumeurs d'Alsace-Moselle a réalisé une enquête auprès des restaurateurs : 82% d'entre eux se disent prêts à appliquer l'interdiction de fumer. C'est le cas d'Anne Marie, qui gère un club de jazz à Paris. Ecraser sa dernière cigarette est de plus en plus courant et le pach sur le bras gauche est presque une mode ! En un an, les ventes de produits nicotiniques ont bondi de plus de 60% et les consultations en tabacologie ont doublé. Mais paradoxalement, les bars à chichas, ces fumoirs orientaux, font un véritable tabac ! On en compte près d'un millier dans l'hexagone. Affalé sur la banquette, au milieu des voluté de fumée, Karim est un habitué des lieux. En trois ans le nombres de bars chichas a triplé. Mais l'année prochaine, faute de pouvoir se conformé à la loi, beaucoup seront contraint de mettre la clé sous la porte. Les professionnels tentent d'obtenir une dérogation, avançant l'argument de l'intégration, ces bars participeraient à la cohésion sociale.On écoute Ketfi Katim, gérant d'un établissement narguilés à Paris. Mais le rapport de l'organisation mondiale de la santé revèle le caractère nocif du narguilé : fumer une chicha représenterait même l'équivalent de 15 cigarettes. Alors divertisité culturelle ou santé publique ?Le choix reste à faire. Aujourd'hui, fumer la chicha est un véritable phénomène de mode. La moitié des collégiens de moins de 15 ans déclarent avoir déjà essayé. 90% des fumeurs de narguilés réguliers n'ont pas l'intention de s'arrêter ! Un reportage de Katia Bitsch.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.