Camp de réfugiés syriens à Akkar au Liban.
Camp de réfugiés syriens à Akkar au Liban. © Wostok Press/MaxPPP

Alors que se tient aujourd'hui à Paris une réunion internationale sur la Syrie et l'Irak, Omar Ouahmane s'est rendu à la frontière turco-syrienne pour rencontrer des réfugiés originaires des régions contrôlées par le groupe État islamique.

O ffensive après offensive, les djihadistes ont mis la main sur un vaste territoire à cheval entre l’Irak et la Syrie. En Syrie, où ils font régner la terreur sur près de la moitié du territoire, l'organisation terroriste a distribué les premières pièces d’identité du Califat, témoigne Abou Mohammed al Raqqawi, activiste du groupe "Raqqa est égorgé en silence" qui combat à la fois le régime de Damas et le groupe État islamique :

Ils ont commencé à les distribuer il y a environ un mois, d'abord aux membres de l'organisation, puis à l'ensemble de la population de Raqqa. Ils délivrent également les actes de naissance, les certificats de naissance, les titres de propriété... Ils agissent comme un État.

Une véritable dictature

Le groupe État Islamique est désormais très structuré, avec ses députés, ses gouverneurs, ses émirs et ses cadres intermédiaires. Abou Mouthana (nom d’emprunt), 30 ans, a passé près d’un an et demi au sein de l’organisation avant de faire défection. Il a fui la dictature djihadiste de peur d’être exécuté. Il témoigne en exclusivité :

L'État islamique fonctionne comme dans une dictature. On ne peut pas dire ce que l'on pense. Il est interdit de discuter les ordres et les choix qui sont faits.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | L'armée syrienne impuissante et démotivée face au groupe État islamique

Selon Abou Mouthana, la puissance de l'organisation réside dans l’argent qu’il a accumulé dans ses caisses et dans ses combattants prêts à mourir. Le groupe état Islamique contrôle désormais un tiers de l’Irak et la moitié de la Syrie. Jusqu’où ira-t-il ? C'est la grande inconnue. Mais ce qui est certain, c'est que les djihadistes ne comptent pas en rester là, assure Abou Mouthana :

Le groupe État islamique "restera et se propagera", c'est son slogan. Son projet n'a pas de frontières : il veut contrôle l'Irak et la Syrie entièrement, le Kurdistan, la Jordanie, l'Arabie Saoudite, le Liban... Pour l'éliminer, il faut faire deux choses : lancer une offensive militaire au sol, puis éradiquer son idéologie en remplaçant les chefs religieux actuels par des imams plus modérés.

Bientôt un an après l’établissement du "Califat islamique", le groupe ultra-radical poursuit jour après jour son avancée, à l’ouest en direction de Damas, et à l’est vers Bagdad. Une avancée synonyme de désintégration de la Syrie et de l’Irak.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.