En ce moment se déroule la sixième quinzaine du commerce équitable. But de l'opération : mieux faire connaître au grand public ces produits censés aider les paysans des pays pauvres. En France, si nous ne sommes pas encore les plus gros clients du commerce équitable, le concept se développe tout de même de façon spectaculaire avec un chiffre d'affaires global en progression de 10 % en à peine 4 ans. On est loin du petit commerce humanitaire d'il y a 10 ans puisque aujourd'hui le chiffre d'affaire des produits issus du commerce équitable dépasse les 120 millions d'euros. Et ce qui se vend le plus c'est toujours le café. Du coup le café équitable représente 5% de tout le café vendu en France. Alors le principe de base c'est que les entreprises achètent les produits au juste prix, souvent au-dessus des cours mondiaux pour aider les producteurs des pays pauvres à vivre et à se développer. Difficile de savoir si ça rapporte beaucoup aux paysans, de donner un seul chiffre valable à la fois pour l'alimentaire et l'artisanat, d'autant que certaines entreprises ne sont pas très transparentes quand il est question de chiffres. Un élément de réponse tout de même avec Rémy Roux, co-fondateur d'éthiquable l'un des poids lourds du secteur (interview). Et au Laos par exemple, la production de confiture a été l'occasion de protéger plus efficacement la forêt, de redécouvrir les fruits locaux et même - explique Sangdao Vang Keosay - le chef de file des producteurs de confitures - de changer les habitudes de vies des villageois(interview). Et certains comme Appolinaire A Hon Hon Zo, directeur du centre de séchage des fruits tropicaux du Bénin, vont encore plus loin(interview). On peut trouver ces produits dans les boutiques spécialisées comme « artisans du monde », les réseaux bio et la grande distribution. En ce moment dans le monde du commerce équitable, il y a un vrai débat. Faut-il ou non vendre les produits equitables dans les grandes surfaces dont la specialité est d'acheter les produits les moins chers possibles quitte à appauvrir, par exemple les agriculteurs français ? Pour Remy Roux, pas de doute possible(interview). Il faut dire que le rayon commerce équitable c'est le rayon bonne action des grandes surfaces. Cela ne représente pas grand chose. 0,05% du chiffre d'affaire global des centres Leclerc, des grandes surfaces qui ne font quasiment pas de marges dessus et qui s'en servent, comme pour l'essence de produit d'appel pour attirer le client. Seules ombres au tableau, le manque de transparence de certaines entreprises, des positions pas très claires sur le travail des enfants. Au Guatemala par exemple dans une plantation de café labellisée max havelaar, des jeunes enfants portaient d’énormes sacs de café sur le dos. Enfin anomalies quand à la quantité réelle de matière première équitable contenue dans un produit labellisés. C'est la répression des fraudes qui le dit. Donc finalement tout n’est pas si idyllique au pays du commerce équitable même si cela va plutôt dans le bon sens. Un dossier de Philippe Lefebvre.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.