Les dépôts sauvages de déchets occupent les devants de l’actualité ces dernières semaines, en région parisienne notamment. Dans l’Oise, un maire a pris le taureau par les cornes. Allons en France, dans l'Oise ce mercredi, où un groupe de maires pratique le "retour à l'envoyeur".

Dans la communauté de communes du Liancourtois, des caméras de vidéosurveillance ont été installées à des points stratégiques aux entrées et sorties de communes, y compris en rase campagne. L'entrée des communes annonce la couleur.
Dans la communauté de communes du Liancourtois, des caméras de vidéosurveillance ont été installées à des points stratégiques aux entrées et sorties de communes, y compris en rase campagne. L'entrée des communes annonce la couleur. © Radio France / Béatrice Dugué

Il s’agit de traquer ceux qui déposent des déchets n'importe où. La question est aiguë en région parisienne en ce moment. Mais à Laigneville, une commune de 5 000 habitants, le maire, élu en 2014, renvoie la marchandise aux pollueurs après identification minutieuse. Apparemment le nombre de dépôts sauvages a très nettement diminué.

Le maire de Laigneville a fait des émules dans sa communauté de communes du Liancourtois, notamment à Mogneville

Les dépôts sauvages de déchets occupent les devants de l’actualité ces dernières semaines, en région parisienne notamment. Dans l’Oise, un maire a pris le taureau par les cornes. 

Christophe Dietrich et le maire de Laigneville
Christophe Dietrich et le maire de Laigneville © Radio France / Béatrice Dugué

Christophe Dietrich est élu depuis 2014 à Laigneville, il est également vice-président du conseil départemental. Cet ex-policier de la Police de l’Air et des Frontières pratique le retour à l’envoyeur. Et il le fait savoir. 

Il poste sur le site Facebook de la commune des petites vidéos, qui le mettent en scène. Il y explique que le pollueur a été clairement identifié après enquête minutieuse sur le contenu des déchets trouvés, et que les employés communaux vont donc redéposer la marchandise – déchets de chantiers, déchets d’élagage, ou déchets ménagers – devant le domicile du contrevenant au petit matin. Les images montrent effectivement ces actions.

Christophe Dietrich explique qu’il agit de cette manière, parce qu’il est excédé de voir ses plaintes en justice ne pas aboutir, alors qu’il engage l’argent de la commune pour nettoyer et lutter contre ces dépôts sauvages.

Au début de son mandat, il a fallu évacuer 40 tonnes de déchets d’un dépotoir à la lisière de la commune.

Apparemment la méthode fonctionne. L’élu affirme que le nombre de dépôts massifs est passé de quatre à cinq par semaine, à moins d’une demi-douzaine par an.

La plupart des autres maires de la communauté de communes du Liancourtois lui emboîtent le pas. Il faut dire que le retour à l’envoyeur s’accompagne d’un autre dispositif. Les voisins vigilants, les chasseurs, les pêcheurs, les randonneurs entre autres, sont leurs alliés, et leurs signalent les chargements suspects de petites bennes. 

Les entrées de bois et de champs sur Laigneville, Mogneville et les communes alentours ont été barrées et cadenassées pour décourager les dépôts sauvages de déchets. Les municipalités, les propriétaires et les agriculteurs ont les clefs".
Les entrées de bois et de champs sur Laigneville, Mogneville et les communes alentours ont été barrées et cadenassées pour décourager les dépôts sauvages de déchets. Les municipalités, les propriétaires et les agriculteurs ont les clefs". © Radio France / Béatrice Dugué

Des caméras de surveillance sont par ailleurs installées à des carrefours stratégiques de la communauté de commune, parfois en rase campagne. Elles servent au besoin à identifier les plaques d’immatriculation de camionnettes douteuses. Les entrées de bois et de champs ont également été entravées de barrières avec cadenas, pour interdire les accès à des zones potentielles de dépôts sauvages.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.