Village situé à une vingtaine de kilomètres de Dijon (Côte-d'Or), Beire-le-Châtel compte cinq employés municipaux : une femme de ménage, deux agents techniques et surtout deux secrétaires de mairie qui jouent un rôle essentiel dans la gestion quotidienne de la commune.

La mairie de Beire-le-Châtel emploie cinq salariés.
La mairie de Beire-le-Châtel emploie cinq salariés. © Radio France / Yann Gallic

À Beire-le-Châtel, toute l'activité se concentre autour de la grande place : le bar-restaurant, la boulangerie, le salon de coiffure, l'église, l'école et la mairie, l'un des derniers services publics encore présents dans le village. Celle-ci est ouverte aux habitants deux demi-journées par semaine. Employée municipale à mi-temps, Océane Junin s'occupe de l'accueil du public, mais aussi de l'état civil et de l'urbanisme. 

"Beaucoup moins de personnes se déplacent, car aujourd'hui, presque tout peut se faire sur Internet", explique-t-elle. "En général, ceux qu'on voit sont ceux qui ont besoin d'une autorisation d'urbanisme pour des travaux. Nous avons aussi des demandes de copie d'état civil, les mariages, les décès, les naissances... Dans les petites communes, il y a toujours ce coté relationnel plus poussé que dans les grandes villes. C'est plus familial."

Océane Junin et Agnès Mignerot, les deux secrétaires de la mairie de Beire-le-Châtel.
Océane Junin et Agnès Mignerot, les deux secrétaires de la mairie de Beire-le-Châtel. © Radio France / Yann Gallic

"C'est bien de voir des êtres vivants"

Une habitante venue déposer un dossier de Pacs confirme : "C'est bien de voir des êtres vivants devant nous". Elle déplore la disparition de services publics, dont la Poste. "Aujourd'hui, il n'y a plus que la mairie", renchérit un quinquagénaire. "Pour nous ça va encore car on est relativement jeunes, mais pour les personnes âgées, la dématérialisation doit poser beaucoup plus de problèmes".

Dans son bureau du premier étage, Agnès Mignerot range ses dossiers de manière méthodique. C'est la plus ancienne des employés. Secrétaire de mairie depuis 28 ans, 35 heures par semaine et beaucoup de responsabilités : "Ce qui prend le plus de temps, c'est de faire tourner la structure comme une petite entreprise, avec la comptabilité, les fiches de salaires... C'est prenant. Et juridiquement, c'est assez lourd."

Les prochaines semaines seront très chargées pour Agnès Mignerot : il faut préparer le scrutin des municipales. Deux listes s'affrontent dans le village. Après les élections, elle aura encore beaucoup de travail avec la mise en place du conseil municipal et peut-être de nouveaux élus pour gérer la commune.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.