La maison parisienne de l'artiste est restée "dans son jus" depuis sa mort il y a tout juste 30 ans. Mais les choses vont changer : un musée verra le jour d'ici la fin de l'année, à l'initiative de Charlotte Gainsbourg.

La façade de la demeure de Serge Gainsbourg est un véritable "Comic strip"
La façade de la demeure de Serge Gainsbourg est un véritable "Comic strip" © Radio France / Alexis Demeyer

Impossible de rater ce numéro 5 bis, tant il tranche avec le reste de la rue de Verneuil et ses sages immeubles haussmanniens. Des portraits de Gainsbourg, des paroles de ses plus grands tubes... la façade est entièrement recouverte de tags aux couleurs vives à la gloire de l'artiste. Un véritable "comic strip" au fort potentiel "instragrammable", clou de la visite qu'organise la guide conférencière Isabelle Cocatrix   

À travers ce mur, Serge Gainsbourg est toujours vivant. Même certains street artists célèbres n'hésitent pas à venir laisser leur emprunte.

La façade entièrement taguée du 5 bis
La façade entièrement taguée du 5 bis © Radio France / Alexis Demeyer

Derrière ce mur se cachent un petit jardin et une sorte de loft avant l'heure, puisque ce sont d'anciennes écuries qui ont été aménagées dans les années 60. 

Au rez de chaussée : une minuscule cuisine et un salon rempli de bibelots, d'articles de presse, de disques d'or et de... rats en bronze que le chanteur collectionnait ! Mais paradoxalement, le très destroy "Gainsbarre" tenait à ce que chaque objet reste précisément à sa place, avec interdiction aussi de toucher au piano. D'ailleurs, rien n'a bougé depuis son décès, la nourriture est restée dans le réfrigérateur, et les mégots dans les cendriers.

La documentariste Marie David vient de publier le livre "Intime adresse", consacré à ce lieu mythique : "ce n'est pas tout à fait une maison, ce n'est pas tout à fait un musée, c'est véritablement une œuvre."  

L'escalier étroit, recouvert d'une moquette aux motifs nénuphars, mène aux chambres tapissées de noir, dont une est réservée aux poupées de cire de Jane Birkin. Les flacons de parfum de la chanteuse sont aussi toujours en bonne place dans la salle de bain, malgré son départ du 5 bis dès l'automne 1980. 

Récemment, le photographe Tony Frank a eu l'autorisation de pousser la lourde porte de la demeure gainsbourienne pour immortaliser chaque pièce. Il faut dire que ce grand ami de Gainsbourg, auteur notamment de la pochette de Melody Nelson, était un habitué des lieux : "quand j'arrivais rue de Verneuil, il était toujours assis sur son canapé avec un paquet de Gitanes, un Zippo et un cendar, comme il disait.

Depuis novembre, une très officielle "déclaration de travaux" est placardée sur la façade du 5 bis rue de Verneuil
Depuis novembre, une très officielle "déclaration de travaux" est placardée sur la façade du 5 bis rue de Verneuil © Radio France / Alexis Demeyer

Le projet de musée Gainsbourg est en gestation depuis 20 ans, l'architecte Jean Nouvel avait même élaboré un projet finalement abandonné. Mais Charlotte Gainsbourg est maintenant prête à se lancer 

Ça fait 30 ans que je m'y enferme pour le retrouver, c'est comme un mausolée. C'est le seul endroit où il y a encore une part de secret.

Un secret que les fans ont hâte de percer, et notamment un certain Philippe Katerine. Dans sa chanson Serge (avec The Herbaliser), il raconte avoir suivi son idole dans les rues de Saint-Germain-des-Prés, et jusqu'au 5 bis rue de Verneuil. C'était 3 jours avant la mort de Serge Gainsbourg.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Aller Plus Loin

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.