Toutes les écoles de police, des futurs gardiens de la paix aux commissaires, ont désormais un module d'Histoire en commun basé sur la diffusion d'un documentaire réalisé avec l'historien et professeur d'université Jean-Marc Berlière. Pour que le passé éclaire l'actualité.

Comment la police repense en profondeur  son programme d’histoire dans ses écoles.
Comment la police repense en profondeur son programme d’histoire dans ses écoles. © Radio France / Emmanuel Claverie

"Qu'est-ce qui cimente finalement l'identité d'un policier ?", interroge Philippe Lutz, Directeur Central du recrutement et de la formation dans la Police nationale. "D'où on vient, quelles sont les failles éventuellement dans notre passé pour progresser ? Ce travail, il n'a jamais été fait. Il est fait de manière dispersé entre gardiens de la paix, officiers, commissaires. Une institution qui ne connait pas son Histoire est, à un moment, en grande faiblesse."

Dans ce documentaire, qui fera désormais référence dans les écoles de police, les propos de l'historien Jean-Marc Berlière, co-associé au projet jusqu'au montage final, sont entrecoupés d'images d'archives et d'extraits de fictions évoquant les grandes périodes de la police française. Les plus glorieuses, celles des enquêtes criminelles résolues, et les plus noires avec par exemple la création par Vichy en 1940 des funestes GMR, les groupes mobiles de réserves, ces unités paramilitaires chargées d'en finir avec les maquis de la Résistance.

"Une police là avant tout pour protéger la population"

Parmi les archives les plus fortes choisies pour ce nouveau documentaire référent dans les écoles de la police nationale, il y a la lettre du préfet Maurice Grimaud en mai 68 à Paris, qui résonne avec l'actualité du maintien de l'ordre face aux manifestations des "gilets jaunes" depuis le mois de novembre dernier, et les critiques sur un usage disproportionné voir illégal de la force publique.

Extrait de la lettre du préfet Grimaud
Extrait de la lettre du préfet Grimaud

"La lettre du préfet Grimaud est d'une actualité saisissante, à la fois sur les aspects de l'ordre public, les aspects des valeurs, des libertés d'une police qui est là avant tout pour protéger la population plus qu'elle n'est là pour protéger le pouvoir", explique Eric Morvan, directeur général de la Police nationale.

Environ 4.000 élèves policiers auront vu le film de l'historien Jean-Marc Berlière d'ici la fin de l'année.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.