Salon de l'emploi public
Salon de l'emploi public © IP3 PRESS/MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP

Plus de cinq millions de fonctionnaires, d'État, hospitaliers ou territoriaux, sont appelés à voter le 4 décembre pour désigner leurs élus. La grande question : vont-ils voter ? Les fonctionnaires n'échappent pas à la morosité ambiante.

Depuis des mois, les manifestations ne font pas le plein et les syndicats eux-mêmes reconnaissent une forme d'impuissance. Le 18 novembre dernier, plusieurs syndicats avaient appelé à un rassemblement à coté de l'assemblée nationale. À trois semaines des élections, il s'agissait de rappeler que les salaires sont gelés dans la fonction publique depuis 2010. Le rassemblement n'a pas mobilisé les foules. Pourtant, le sujet est très sensible. Malgré la colère, les fonctionnaires restent atones, découragés, démobilisés. Bernadette Groison est secrétaire générale de la FSU. Elle reconnaît que les combats menés ces dernieres années sur les retraites, les effectifs, les salaires, n'ont pas été tres fructueux.

La crainte, c'est évidemment l'abstention. Les fonctionnaires n'échappent pas à l'air du temps et à certaines tentations. C'est la première fois cette année que les trois fonctions publiques sont appelées à voter au même moment. En 2011, lors des élections dans la fonction publique d'État, le taux de participation était de 55%. L'abstention avait été particulierement forte dans l'Éducation nationale.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.