L’ancien bloc de l’est et la fin du communisme. Après Budapest hier, reportage ce matin à Bucarest, en Roumanie. 20 ans après la Roumanie de 1989, reste le souvenir d’une révolution qui a mal tourné. Le régime de Ceaucescu était l’un des plus répressifs. Certains parlent de national communisme avec à sa tête, un dictateur appelé « le Conducator ou le Génie des Carpates ». Et en décembre 1989, l’histoire bascule. Le 16 décembre à Timisoara - dans l’ouest de la Roumanie, une mosaïque de nationalités - la police politique ouvre le feu sur les habitants venus protéger la maison d’un jeune pasteur hongrois, le pasteur Tokes, avertis que les autorités vont l’expulser. Le 21 décembre, à son retour de Téhéran, Ceaucescu apparaît au balcon du Comité central. Et là, il comprend qu’il a perdu le contrôle de la situation. _____Un reportage de Philippe Reltien et Jean-Marie Porcher. Demain à 7h15, rendez-vous dans un autre pays de l’ancien bloc de l’est : la Pologne avec un pape de choc.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.