En Chine, en 2016, 28 millions de voitures ont été vendues. Le gouvernement veut donc imposer des quotas de véhicules électriques, faute de quoi le pays risque l’asphyxie.

Chaque jour, les habitants de Pékin doivent vivre dans un environnent de plus en plus polluer notamment par les très nombreux véhicules qui circulent dans la mégapole.
Chaque jour, les habitants de Pékin doivent vivre dans un environnent de plus en plus polluer notamment par les très nombreux véhicules qui circulent dans la mégapole. © AFP / GREG BAKER

En Chine, la voiture électrique sera bientôt obligatoire. En effet le pays le plus peuplé du monde, et ses 6 milliards d’individus, est aussi l’un des plus pollués. Il suffit pour s’en convaincre de plonger dans les embouteillages de Pékin, la capitale. En 2016, 28 millions de voitures ont été vendues dans le pays. La Chine, le premier marché mondial de l’automobile, a donc décidé de mettre en place des quotas pour rendre la voiture électrique obligatoire.

Pari titanesque mais obligatoire

Il est impossible pour les chinois de continuer à ce rythme avec des voitures à essence. Les tests ont commencé en Chine en 2011. Depuis l’an dernier, le plan est national. L’un des auteurs de ce programme radical est Wang Bing Gang, il était ingénieur dans la première usine de voitures en chine dans les années 60.

Après avoir annoncé la fin du diesel, la Chine se lance donc dans le développement en grand des véhicules à énergie propre pour plusieurs raisons. La première, c’est l'environnement car? dans les dernières années, la qualité de l’air est devenue un problème sanitaire national. Au-dessus des métropoles chinoises, le smog (mélange de toxique de gaz et de particules) se densifie de jour en jour.

La deuxième raison est plus d’ordre économique : les ventes de voitures augmentent car en Chine le taux d’équipement par habitant est encore faible par rapport aux pays occidentaux. Par conséquent, la consommation d'énergie s’envole et plus de 60 %, du pétrole utilisé dans le pays est importé. Avec les estimations de croissance, la consommation de pétrole va continuer d’augmenter condamnant la Chine à une dépendance énergétique très forte.

40 % de voitures électriques et hybrides en 2030

La voiture électrique semble être une très bonne solution. Sur les 28 millions de voitures vendues l’an dernier, moins de 1 % était électrique. Le gouvernement s’apprête à imposer un calendrier, à marche forcée avec des quotas : 7 % de ventes de voitures électriques et hybrides en 2020, 15 % en 2025, et enfin 40 % en 2030.

"Les constructeurs sont encouragés à développer vigoureusement les véhicules à énergie propre", a déclaré le vice-ministre de l’industrie. "Ce n’est pas facile" a expliqué de son côté le porte-parole de Volkswagen en Chine, qui lance une co-entreprise pour rattraper son retard.

Le français Renault, qui a installé ses usines à Wuhan dans le centre de la Chine, vient de dévoiler sa piste d’essai installée sur le site de production, ce qui permet à Jacques Foulquier, le patron du département recherche et développement, de superviser les essais de leur véhicule électrique qui va bientôt être mis sur le marché chinois.

Les automobilistes chinois séduits par le plan ?

"Je viens recharger ma voiture. Je trouve que la batterie marche moyennement. Elle a peu d’autonomie et c'est lent à recharger. A l’intérieur du sixième périphérique, il y a beaucoup de bornes de recharge. Mais quand je suis chez moi, je tire une rallonge, je la passe par la fenêtre. Quand tu veux te balader, tu ne peux pas trop sortir de Pékin, si tu vas loin, il n’y a que des stations essence !", explique à une borne de recharge Mr Sun, propriétaire d’un véhicule BYD, une marque chinoise.

Restriction sur les voitures essence

"A Pékin, poursuit Mr Sun, il y a une restriction sur les voitures essence. 10 000 seulement sont immatriculées chaque mois. Il y a un tirage au sort et des millions de gens sont en attente. J’ai donc acheté une voiture électrique. Le gouvernement de Pékin nous encourage à le faire. Toutes les voitures électriques sont immatriculées. J’ai acheté un véhicule électrique seulement pour avoir une plaque. Même si un jour, les voitures électriques marchent mieux, je préférerai quand même les voitures essence".

L’écologie n’est pas encore la priorité du peuple chinois. Il faudra encore, estiment les experts, 5 à 8 ans pour que les voitures électriques se vendent bien en Chine et qu’il y ait des modèles milieu de gamme.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.