À l'occasion du centenaire de l'attribution du prix Goncourt à Marcel Proust, 16 lettres exceptionnelles, écrites de la main de l'auteur de "À la recherche du temps perdu" seront vendues aux enchères lundi prochain à Paris chez Christie's. On y découvre un Proust surprenant, génie du buzz et du marketing.

Ces 16 lettres de Marcel Proust à son ami René Blum sont mises en vente lundi chez Christie's à Paris.
Ces 16 lettres de Marcel Proust à son ami René Blum sont mises en vente lundi chez Christie's à Paris. © Christie’s Images Limited

L’encre a un peu pâli, mais on distingue parfaitement la grande écriture inclinée de Marcel Proust. Dans un salon particulier chez Christie’s, avenue Montaigne, Alice Chevrier, la spécialiste des manuscrits rares, étale délicatement sur une table les seize lettres que Marcel Proust a adressées entre 1913 et 1916 à son ami critique d’art René Blum. "Ce sont des lettres exceptionnelles" souligne-t-elle. "Elles nous révèlent tous les procédés qui ont été mis en place par Marcel Proust pour voir son oeuvre d'une part publiée et d'autre part reconnue".

La première lettre est datée de février 1913, sans autre précision : "Cher ami, comme c'est assez rare que je sois en état de téléphoner, je crois préférable de vous dire par lettre le grand service que je voulais vous demander. Il concerne Mr Grasset, l'éditeur dont vous êtes, je crois, l'ami. Je souhaiterais que Mr Grasset publia, à mes frais (moi payant l'édition et la publicité) un important ouvrage que j'ai terminé. Je travaille depuis longtemps à cette oeuvre. Elle réclame maintenant un tombeau qui soit achevé avant que le mien soit rempli" (extrait lu à l'antenne par Didier Sandre, de la Comédie française). 

Didier Sandre est un acteur proustien par excellence : il a joué Charlus dans l’adaptation télévisée de Nina Companeez et il jouera Norpois dans le spectacle que prépare Christophe Honoré autour de La Recherche du temps perdu. Il témoigne : "J'ai trouvé que ces lettres étaient absolument magnifiques parce qu'elles racontent quelque chose du personnage de Proust dans les dernières années de sa vie : cette terreur de mourir avant d'avoir terminé l'oeuvre. On sent déjà cette angoisse de quelqu'un qui ne se lève plus, qui ne vit plus que dans sa chambre et pour son oeuvre".

À cette époque, Proust a encore neuf ans à vivre mais il sait que la tâche est immense et que le temps presse. Jean-Yves Tadié, biographe de Proust : "Il a été refusé par plusieurs éditeurs importants et il commence à ne plus savoir où son oeuvre pourra sortir. Il faut donc qu'il déploie ses dernières forces pour trouver une issue. Elle se présente, comme on sait, du côté de chez Grasset mais à une condition (comme d'ailleurs beaucoup d'écrivains à l'époque), c'est que Proust paie lui-même l'édition".

Ce que révèlent ces lettres aussi, c’est que Proust n’était pas seulement un génie littéraire. C’était un génie du marketing, même si le terme est anachronique : "Grasset m'avait d'abord demandé de faire les volumes à 10 francs mais je n'ai pas voulu que ma pensée fut réservée à des gens qui dépensent dix francs pour un livre et qui sont généralement plus bêtes que ceux qui achètent des volumes à 3 francs. Aussi, j'ai tenu au volume à 3,50 francs".

Dans ces lettres, on le voit solliciter un écho dans le journal, pour faire le buzz comme on dirait aujourd’hui. Il pense déjà au prix Goncourt... Il a l’œil à tout, confirme Jean-Yves Tadié : "Il est très moderne en ça. Il sait exactement comment vendre un livre, à qui... il s'y intéresse à tous les détails. Et lorsqu’il sera publié, il suit le livre en demandant de la publicité et en s'arrangeant pour en faire lui-même."

Ces lettres sont estimées entre 200 000 et 300 000 € l’ensemble. Impossible de savoir qui les vend ; en revanche, tout le monde peut les voir gratuitement chez Christie’s… Une occasion unique de voir ces originaux, avant qu’ils ne regagnent l’univers secret des collectionneurs.

► PRATIQUE - Exposition du 2 au 7 octobre, 10h-18h (fermée dimanche) chez Christie’s (9 avenue Matignon à Paris), entrée libre 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.